Sutton Coldfield – Wikipedia – Acheter un Masque anti particules fines

Sutton Coldfield, officiellement le Ville royale de Sutton Coldfield ( A propos de ce sonprononciation ),[2][3] est une grande ville et une paroisse civile à Birmingham, en Angleterre. La ville se situe à environ 11 km au nord-est du centre-ville de Birmingham et est limitrophe de Little Aston, du North Warwickshire, de Lichfield, d'Erdington et du South Staffordshire. Historiquement dans le Warwickshire, il est devenu partie intégrante de Birmingham et du comté métropolitain des West Midlands en 1974. En 2015, la ville a élu un conseil de paroisse / ville pour la première fois de son histoire récente.

L'histoire[[[[modifier]

Étymologie[[[[modifier]

L'étymologie du nom Sutton semble provenir de "South Town".

Le nom "Sutton Coldfield" semble provenir de cette époque, étant la "ville sud" (c'est-à-dire au sud de Tamworth et / ou de Lichfield) à la limite du "col field". "Col" est généralement dérivé de "charbon de bois", les brûleurs à charbon de bois étant probablement actifs dans la région.[4]

Préhistoire[[[[modifier]

Les premiers signes connus de présence humaine à Sutton Coldfield ont été découverts en 2001-2003 aux limites de la ville.[5] Les fouilles archéologiques entreprises en prévision de la construction de la route à péage M6 ont révélé des vestiges de monticules brûlés datant de l’âge du bronze près de Langley Mill Farm, à Langley Brook. En outre, des preuves d’un tumulus de l’âge du bronze ont été découvertes, l’un des deux seuls à Birmingham et l’autre à Kingstanding. Les fouilles ont également révélé la présence d’un règlement datant de l’âge du fer datant d’environ 400 et 100 av.[6] consistant en des maisons circulaires construites sur au moins trois phases entourées de fossés.[7][8] Plus près du ruisseau Langley (un affluent de la rivière Tame), des fouilles ont permis de découvrir les vestiges d'une maison circulaire unique entourée de fossés datant de la même période.[6]

Fox Hollies se trouve à proximité de Langley Mill Farm, où des fouilles archéologiques ont mis au jour des silex datant du nouvel âge de la pierre. Parmi les trouvailles dans la région se trouvaient des noyaux de silex et un grattoir à silex, qui avait été retouché avec un couteau. La présence de noyaux de silex suggère que le site était utilisé pour la fabrication d'outils et qu'un règlement était à proximité. De plus, un monticule brûlé de l'âge du bronze a également été découvert dans la région.[9]

Dans son Histoire de Birmingham, publié en 1782, William Hutton décrit la présence de trois monticules adjacents à Chester Road aux extrémités de Sutton Coldfield (bien qu’ils se situent maintenant en dehors des limites modernes de la ville).[10] Le site, au sud-ouest de Bourne Pool (nommé "Bowen Pool" par Hutton)[10]), s’appelle Loaches Banks et a été cartographiée dès 1752 par le Dr. Wilks of Willenhall. Hutton avait interprété les travaux de terrassement comme une fortification saxonne, mais d'autres travaux archéologiques ont amené le Dr. Mike Hodder, aujourd'hui archéologue spécialiste de la planification au conseil municipal de Birmingham, à croire que le site était un enclos de colline de l'âge du fer. Des siècles d’agriculture sur la terre ont gravement affecté la visibilité des caractéristiques, les travaux de terrassement n’apparaissant plus que sur des photographies aériennes.[11]

Des preuves supplémentaires de l'habitation humaine préromaine sont préservées à Sutton Park. Un incendie majeur dans le parc en 1926 a révélé six autres monticules près de Streetly Lane, dont les fouilles ont permis de découvrir des pierres calcinées et fissurées et des fosses sous les deux plus grands monticules.[12] Bien que leur date d'origine soit inconnue, les affirmations selon lesquelles ils seraient originaires de l'âge du bronze ont été réfutées.[13] Les monticules sont maintenant recouverts de bruyères landes.[14] La zone autour du puits de Rowton a été à l’origine de nombreuses découvertes archéologiques, telles que des outils en silex. Au XVIIIe siècle, des pièces de bois travaillées ont été découvertes près du puits, suggérant la création d’une piste en bois datant de l’âge du fer, semblable à celle découverte ailleurs dans le monde. le pays.[12] Un monticule brûlé a également été découvert à New Hall Valley.[15]

Période romaine[[[[modifier]

La présence de Romains dans la région est particulièrement visible dans le parc Sutton, où passe un long tronçon préservé de 2,4 km de la rue Icknield. Bien que la route relie finalement Gloucestershire au South Yorkshire, localement, la route était importante pour relier Metchley Fort à Edgbaston à Letocetum, aujourd'hui Wall, dans le Staffordshire. La route est la plus visible de près de la porte piétonne sur Thornhill Road (référence de grille OS SP 08759 98830), où la rive de 8 m (26 pi) de large qui forme la surface de la route est la plus saillante. Les fouilles sur la route ont montré qu’elle était faite de gravier compacté, ne présentant jamais de surface pavée. Des fossés intermittents, marqués par des ingénieurs romains, se trouvent le long de chaque côté et, au-delà, se trouvent des creux où du gravier a été excavé pour faire surface.[12] Au moins trois pièces de monnaie romaines ont été trouvées le long de la rue Icknield dans le parc Sutton,[16] ainsi qu'un four de poterie romain ailleurs dans la ville.[17]

À côté de la propriété de l'âge du fer à Langley Brook, les restes d'un bâtiment en bois et d'un système de champs ont été découverts. La poterie récupérée sur ce site a été datée des IIe et IIIe siècles, ce qui indique la présence d’une ferme romaine.[6]

Établissement anglo-saxon, c. 600-1135[[[[modifier]

Lors du retrait romain de la Grande-Bretagne pour protéger l'empire romain sur le continent au 5ème siècle, la région de Sutton Coldfield, encore non développée, passa dans le royaume anglo-saxon de Mercia. C’est au cours de cette période que Sutton Coldfield aurait été créé à l’origine comme un hameau, puisqu’un pavillon de chasse a été construit à Maney Hill à l’intention des dirigeants merciens.[18] Le contour du parc de cerfs qu’il desservait est encore visible dans Sutton Park, la limite ouest du fossé et de la rive formant la limite ouest de Holly Hurst, puis franchissant Keepers Valley, traversant la Lower Nuthurst et se poursuivant au sud de Blackroot Pool. En raison du terrain marécageux de Blackroot Valley, une clôture a probablement été construite pour contenir le cerf. Les limites du fossé et de la rive recommencent du côté est, en direction de Holly Knoll.[14]

Ceci est devenu connu comme Southun ou Sutton; "ton" signifie la ville au sud de Tamworth, la capitale de Mercia. Middleton est situé entre les deux. "Coldfield" désigne une zone de terrain exposée aux intempéries sur le flanc d'une colline. Il peut également désigner un endroit où la combustion du charbon de bois a eu lieu.[[[[citation requise]

Sutone, comme le manoir est devenu connu, a été tenu par Edwin, comte de Mercia, pendant le règne d'Edouard le Confesseur. À la mort d’Edwin en 1071, le manoir et le reste de Mercia passèrent aux mains de la Couronne, puis dirigés par William le Conquérant, ce qui fit de Sutton Chase une forêt royale.[19]

Le manoir de Sutone était mentionné dans le Domesday Book de 1086, où il était évalué à huit peaux, le rendant ainsi plus grand que tous les villages environnants en termes de terres cultivées.[20]

Développement précoce, c. 1135–1499[[[[modifier]

Possession du manoir[[[[modifier]

Le manoir est resté en possession de la Couronne jusqu'en 1135,[20] quand le roi Henry, j'ai échangé cela contre les manoirs de Hockham et Langham à Rutland, avec Roger de Beaumont, 2e comte de Warwick.[19] Le manoir est resté en possession du comté de Warwick pendant environ 300 ans, à de nombreuses exceptions près.[20] Comme Sutton Forest n’était plus en possession de la Couronne, elle est devenue Sutton Chase.

En 1242, lorsque le manoir fut cédé à Ela Longespee, veuve de Thomas de Beaumont, 6ème comte de Warwick, il fut nommé Sutton-in-Coldfield et noté à nouveau comme tel en 1265, lorsque Ela épousa son second mari, Philip Basset. Le manoir de Sutton-in-Coldfield était à nouveau en possession du comté de Warwick quand Ela l’a échangé avec William de Beauchamp, 9 e comte de Warwick, contre le manoir de Spilsbury, dans l’Oxfordshire.[19] La première mention d'un manoir rattaché au manoir de Sutton a été mentionnée en 1315 sur un site nommé Manor Hill, à l'ouest de l'église paroissiale.[19]

Au cours du 15ème siècle, Sutton Coldfield subit un processus de changement dû en partie aux turbulences avec les Earls of Warwick et à la possession du manoir. En 1397, Thomas de Beauchamp, 12e comte de Warwick, est puni par le roi Richard II pour son appartenance au seigneur appelant. Tous ses biens ont été confisqués, y compris les terres de Sutton, qui ont été transférées à Thomas Holland, 3ème comte de Kent. À la mort du roi Richard II en 1400, Thomas de Beauchamp retrouva ses biens, bien qu'il mourut l'année suivante. En 1446, Henry de Beauchamp, 14e comte de Warwick, décéda et le comté fut confié à sa fille Anne, âgée de deux ans. Cependant, le roi Henri VI récolta les bénéfices de la terre alors qu'Anne était encore toute petite. Anne est décédée en 1448, et la succession et le comté ont été transmis à sa tante Anne Neville, bien que cela ait été contesté par ses trois demi-soeurs plus âgées. Dans son ItinéraireJohn Leland mentionne que Richard Neville, 16e comte de Warwick, et son épouse, Anne Neville, auraient construit un nouveau manoir en ossature bois, avec un bail donné par le roi Henry VI en 1460 à Edward Mountfort, suggérant que le manoir était alors occupé par la famille Mountfort.[19]

Bien qu'occupé par la famille Mountfort, Richard Neville a retrouvé son pouvoir et sa terre, mais il est décédé en 1471. Normalement, la terre aurait appartenu à sa femme, mais elle aurait été donnée à ses deux filles et à leur mari. Cependant, la fille aînée, Isabella, a contesté et obtenu le reste des intérêts de sa sœur. Isabella mourut en 1476, laissant le manoir en possession de son mari, George Plantagenet, premier duc de Clarence. Cependant, en 1478, il fut attaqué et exécuté, ce qui signifie que le manoir fut transmis à son fils survivant, Edward Plantagenet, qui était encore un enfant. La Couronne possédait les terres en raison de l'âge d'Edward, mais en 1487, elle fut cédée à Anne Neville, 16e comtesse de Warwick, ses deux filles étant maintenant mortes. Elle a immédiatement rendu les terres; toutefois, Sutton et d'autres manoirs lui ont été restitués en 1489. Elle est décédée en 1492 et toutes les terres ont été restituées à la Couronne, avec laquelle elles sont restées jusqu'à sa constitution en société en 1528.[19]

Croissance et influence militaire[[[[modifier]

Le manoir de Sutton n'était pas le seul manoir à l'intérieur de Sutton, il a été noté que le manoir de Langley appartenait déjà à la famille de Bereford de Wishaw dès le milieu du XIIIe siècle. On dit que le nouveau manoir Hall date également du XIIIe siècle et fut mentionné en 1327 comme étant passé de William de Sutton à Robert de Sutton. On pense qu'il s'agissait à l'origine d'un pavillon de chasse. En 1281, Peddimore Hall fut mentionné pour la première fois quand il fut vendu à Hugh de Vienna par Thomas de Arden. On présume que le terrain a été donné à la famille Arden par l'un des comtes de Warwick.[19]

On ne sait pas exactement quand le village de Sutton a commencé à se développer mais en 1300, le roi Edward I accorda à Guy de Beauchamp, 10ème comte de Warwick, la possibilité d'organiser un marché tous les mardis et une foire annuelle à la veille du jour saint. Trinité dans le village. Sutton ne s’est pas imposé comme une ville marchande comme Birmingham l’a été et le marché semble ne plus être utilisable, puisqu’une nouvelle charte a été accordée à Thomas de Beauchamp, 11e comte de Warwick, pour un marché qui se tiendra le le même jour, ainsi que des foires à la veille de la Sainte Trinité et de la veille de Saint-Martin.[19]

Aux XIIe et XIIIe siècles, des activités religieuses se déroulèrent dans la chapelle libre de Saint Blaise, construite sur le domaine du manoir de Sutton. À la fin des années 1200, la ville construisit sa propre église paroissiale, dont le premier titulaire fut ordonné en 1305. Elle deviendra plus tard l'église de la Sainte-Trinité et les seuls éléments restants de l'église d'origine subsistent sous la fenêtre est, où sont visibles des contreforts. , une méthode de construction du milieu du 13ème siècle.[21]

Tout au long du 15ème siècle, Sutton Coldfield développa une relation militaire, en partie grâce à Sir Ralph Bracebridge, qui obtint un bail à vie du comte de Warwick pour le manoir et Chase of Sutton Coldfield. En retour, Bracebridge devait assister le comte avec neuf lanciers et dix-sept archers pour renforcer Calais contre l'attaque française.[22] Sutton Coldfield devint ainsi un lieu d'entraînement important pour les soldats anglais lors des guerres entre l'Angleterre et la France. Des culs ont été assemblés dans la ville pour l’entraînement au tir à l’arc, et des marques sont encore visibles sur le mur de grès du 3, rue Coleshill, où les archers ont affilé leurs flèches. On pense que 3 Coleshill Street est d'origine médiévale en dépit de sa façade géorgienne. On rappelle que Bracebridge a fait barrage à Ebrook pour former le Bracebridge Pool, qui se trouve maintenant dans le parc Sutton, où il a utilisé pour la pêche.[23]

Tudor Sutton Coldfield, v. 1500-1598[[[[modifier]

Influence de Mgr Vesey[[[[modifier]

Au début du XVIe siècle, la ville de Sutton Coldfield avait commencé à se dégrader à la suite de la guerre des roses. Les marchés avaient été abandonnés et le manoir lui-même commençait à se délabrer. Vers 1510, le manoir fut démoli par un officier de la Couronne, qui vendit le bois de construction à profit à Thomas Grey, deuxième marquis de Dorset, qui l'utilisa pour la construction de Bradgate House à Leicestershire.[24] John Harman a grandi pendant la période de délabrement. Il a travaillé à la ferme Moor Hall, à Sutton, puis au Magdalen College, à Oxford. Il se lia d'amitié avec Thomas Wolsey et commença une carrière dans l'église, commençant par sa nomination comme aumônier à la chapelle libre de Saint Blaize dans sa ville natale en 1495.[25] Harman continua à être promu et devint aumônier du roi Henri VIII, avec lequel il devint ami. En 1519, Harman fut nommé évêque d'Exeter et changea son nom de famille en Vesey, devenant ainsi John Vesey.

C’est la position respectée de Vesey au sein de l’église et son amitié avec le roi qui ont marqué le début d’un renouveau pour Sutton Coldfield, dirigé par Vesey. Il était rentré dans la ville en 1524 pour que l'enterrement de sa mère découvre que la ville s'était encore détériorée. Il décida de s'installer à nouveau dans la ville et obtint en 1527 deux enclos de terres nommés Moor Yards et Heath Crofts, ainsi que 40 acres (160 000 m2) de terrains pour lui permettre de construire sa propre maison nommée Moor Hall. La même année, il fonda un lycée dans le sud-ouest du cimetière paroissial, où 21 personnes furent nommées administrateurs pour entretenir le bâtiment et employer un enseignant. Le 16 décembre 1528, Henry VIII accorda à Sutton Coldfield une charte de constitution en corporation, créant ainsi une nouvelle forme de gouvernement pour la ville, qui devint le préfet et la société de la ville royale de Sutton Coldfield.[19] La société était composée de 25 des habitants les plus en vue de la région qui ont élu un nouveau président parmi eux. Le beau-frère de Vesey, William Gibbons, est devenu le premier directeur.[19] Tous les habitants de la ville âgés de plus de 22 ans ont été autorisés à élire des membres à la Société.[26] La charte avait également donné aux habitants la permission de chasser et de pêcher librement dans le manoir, ainsi que de construire une maison, enfermant jusqu'à 24 hectares dans le manoir.[19] Pendant toute la durée de l’existence de la Société, celle-ci a souffert d’affirmations de corruption et de faute professionnelle de la part des habitants de la ville.[19]

La donation par le roi Henri VIII de son territoire de chasse aux habitants de la ville a jeté les bases de la préservation de la région connue aujourd'hui sous le nom de Sutton Park. Vesey a défriché de grandes étendues d'arbres pour permettre aux résidents d'y faire paître leur bétail moyennant une somme modique. Il a ensuite enfermé des zones boisées à l'intérieur du terrain, ajouté des portes et des clôtures autour du parc, puis organisé le transfert des chevaux vers le parc à ses propres frais. Mgr Vesey a également payé pour que toute la ville soit pavée, ce qui a contribué à relancer les marchés. En 1527, il entreprit de travailler à l'église Holy Trinity, faisant don d'un orgue en 1530 puis payant pour la construction de deux nouvelles allées en 1533. En 1540, il approuva le transfert du contrôle de l'école primaire au gardien et à la société, et a donné le terrain de l'école pour son propre usage l'année suivante. Pour aider à agrandir la ville et à protéger ses extrémités, il construisit 51 cottages pour les pauvres, dont un à Cotty's Moor, un lieu de prédilection pour les vols de personnes utilisant les routes. Les murs de pierre de l'ancien manoir ont été enlevés pour aider à la construction d'un pont à Water Orton et d'un autre à Curdworth, à ses propres frais. En 1547, il acheta à l'évêque de Coventry et de Lichfield et, en 1549, à la Couronne de nombreuses propriétés religieuses, notamment les terres de Sutton Coldfield et celles de Deritend, Birmingham, avant de mourir à Moor Hall en 1555.[25] L’héritage de Vesey est clairement visible aujourd’hui, Sutton Park n’ayant pratiquement pas changé depuis son enclos, il lui reste quelques chalets en pierre et le lycée qu’il a créé fonctionnent toujours sous le nom de Grammar School de Bishop Vesey. Sa tombe à l'église de la Sainte-Trinité est accompagnée de jardins commémoratifs à l'ouest de l'église nommée Vesey Gardens.

Moor Hall, la résidence de Mgr Vesey, a été hérité par son neveu John Harman après le décès de Vesey. Il a vendu le manoir à John Richardson, décédé en 1584, laissant un fils en bas âge.[19] Un manoir du nom de Pool Hall est mentionné pour la première fois comme étant dans la ville en 1581 et, l'année suivante, William Charnells le loua pendant 20 ans à Henry Goodere, qui céda les droits à l'évêque de Londres, John Aylmer, en 1583. À la mort d’Aylmer en 1594, le manoir fut transmis à ses fils, qui le vendirent à Robert Burdett en 1598.[19] On pense que les propriétés des 62 et 64 Birmingham Road ont été construites vers 1530, ce qui en fait l’un des plus anciens bâtiments de la ville.[27] La proximité de 68 Birmingham Road remonte à la fin des années 1500.[28]

Emergence de l'industrie[[[[modifier]

Au cours du XVIe siècle, les eaux et les bassins de Sutton furent exploités à des fins industrielles et, après la mort de Vesey, la ville continua de prospérer et de s’étendre. En 1510, deux moulins à eau appartenant à William Weston ont été enregistrés et, lors de la création du parc, il a été obligé de payer un loyer. Trois autres moulins ont été enregistrés en 1576 après avoir été vendus à deux hommes locaux non nommés. En 1585, John Bull vendit à Edward Sprott un moulin à eau et deux moulins à lames, qui auraient été alimentés à l'eau. Quatre moulins supplémentaires ont été enregistrés en 1588 et deux autres en 1595.[19] Un broyeur à lames a été construit à Bracebridge Pool en 1597, sur un site maintenant occupé par Park House.[14] Malgré la croissance de l'industrie ici, au total, cinq piscines ont été drainées au 16ème siècle, bien que certaines aient été recréées plus tard, notamment les piscines de Bracebridge et de Keeper's.[19]

17ème et 18ème siècles[[[[modifier]

Guerre civile, troubles et gouvernance[[[[modifier]

Le déclenchement de la guerre civile anglaise en 1642 a vu la bataille de Camp Hill aux environs de Birmingham, entraînant le pillage de Birmingham par les forces royalistes. En dépit de l'action à proximité, Sutton Coldfield est ressorti indemne, bien que l'on sache qu'il a été visité à la fois par des soldats parlementaires et royalistes.[29] On prétend que lors de son évasion d'Angleterre en 1646, Charles II passa une nuit au manoir New Hall.[30]

Le 26 juillet 1664, le roi Charles II renouvela la charte royale de Sutton Coldfield, en prévoyant la possibilité de nommer deux membres de la Société comme capitales de la capitale et comme juges de paix aux côtés du gardien.[19][31]

Après son procès et ses trois années de suspension de la prédication, Henry Sacheverell, violemment anti-presbytérien, se retira à New Hall, la maison de son cousin germain, George Sacheverell.[32] Henry Sacheverell prêcha un sermon vitriolique à l'église de Sutton le dimanche 17 octobre 1714, qui alimenta la contribution de Birmingham à l'émeute nationale le mercredi suivant, jour du couronnement du roi George Ier. Il semble également que, tout en résidant à New Hall, il ait contribué à la fermentation des émeutes anti-presbytériennes de "l'Eglise en danger" de juillet 1715, alors que, selon un correspondant de George Berkeley, jusqu'à 4000 émeutiers rassemblés à Birmingham, vingt-huit émeutiers est décédé et pas plus de trois salles de réunion de dissidents ont survécu à Birmingham, dans le Worcestershire et dans le Staffordshire.[33] La ville est devenue un refuge temporaire en 1791, à la suite des "Priestley Riots" à Birmingham. William Hutton, par exemple, dont la maison a été attaquée par des manifestants, a décidé de passer l'été à Sutton. Cependant, les craintes de la population concernant la poursuite des émeutes l'ont contraint à s'installer définitivement à Tamworth.[34] Joseph Priestley aurait séjourné aux «Trois Tuns» après la destruction de son domicile lors des émeutes et son premier vol vers Homben, Heath-Forge.[20]

Croissance industrielle[[[[modifier]

La fabrication de lames, de canons d’armes à feu, de bêches et de manches de bêche, ainsi que le meulage de couteaux, de baïonnettes et de haches, principalement dans les moulins construits dans les piscines de Sutton Park et sur les rives d’Ebrook, ont largement contribué à la prospérité de la ville. économie au 17ème siècle. Le moulin à lames de Bracebridge Pool est devenu inutilisable en 1678 et a été détruit; cependant, il a été reconstruit en 1729.[14] La création de Longmoor Pool, causée par le barrage du ruisseau Longmoor dans la vallée de Longmoor, a été approuvée en 1733 et dirigée par John Riland, qui y a construit un moulin en 1754 avec son colocataire.[19] pour la fabrication de boutons.[35] Blackroot Pool a également été construit vers 1757 par Edward Homer et Joseph Duncomb. En 1772, le préfet et la société de la ville donnèrent un bail de 30 ans à Thomas Ingram à la piscine.[19] L’usine de Blackroot Pool était à l’origine utilisée pour l’habillage du cuir, mais est devenue plus tard une scierie.[35]

Le Powell's Pool a été créé en 1730 en tant que dépôt pour Powell's Pool Mill, un laminoir à acier.[36] En 1733, John Wyatt testa une fileuse de coton à l'usine avec l'aide de Lewis Paul, contribuant à relancer la création de l'industrie cotonnière britannique au XVIIIe siècle.[37] Au total, Sutton Coldfield a 15 moulins à eau, dont 13 sont alimentés par Plants Brook et les deux autres par un système d’approvisionnement en eau indépendant. Il y avait aussi deux moulins à vent dans la ville, à Maney Hill et à Langley.[37]

Une forte tempête a provoqué l'effondrement du barrage, qui a retenu les eaux du bassin de Wyndley,[38] qui a balayé en aval et brisé les rives de Mill Pool à Mill Street en juillet 1668, inondant et détruisant par la suite de nombreuses maisons dans Sutton Coldfield.[32] Le pool de Bracebridge a également cassé ses rives à la suite de la tempête du 24 juillet, causant des dégâts moindres. La piscine Wyndley a été drainée par la suite, bien qu’il existe une autre piscine du même nom à Sutton Park.[20]

Une grande partie du barrage à Sutton Coldfield a été réalisée avec de la pierre et du gravier extraits de carrières de la ville. Ces carrières fournissaient également de la pierre pour la construction ailleurs dans la ville, se révélant particulièrement rentables. La carrière qui a fourni les matériaux pour la construction de la piscine Blackroot en 1759 a été utilisée jusqu'en 1914.[14]

Prospérité financière et croissance des villes[[[[modifier]

Aux 17e et 18e siècles, la ville prospéra grâce à la croissance de l’industrie, ce qui entraîna une amélioration de la qualité de vie des habitants. Ils étaient maintenant en mesure de faire l'expérience de nouveaux luxes tels que les fruits de mer. Les produits étaient 10% plus chers à Sutton Coldfield que dans les villes et villages voisins. La ville a également pris de l'expansion, en partie grâce aux riches industriels de Birmingham qui considèrent Sutton Coldfield comme un lieu approprié pour leurs maisons de campagne, loin de la pollution de la plus grande ville.[39] Une enquête menée dans la paroisse en 1630 indiquait qu'il y avait 298 maisons et ce nombre était passé à 310 lorsqu'une autre enquête a été menée en 1698.[40] 20 High Street, construite vers 1675, aurait été l'une de ces maisons.[41] Une étude de la paroisse en 1721 a révélé que le nombre de maisons à Sutton Coldfield était passé à 360.[40] En 1636, le roi Charles Ier imposa à la ville une taxe de 80 livres sterling sur les navires, contre 100 livres sterling pour Birmingham et Warwick, 266 livres sterling pour Coventry et 50 livres sterling pour Stafford, ce qui reflétait la richesse de la ville à cette époque.[42] En 1663, une loi a été adoptée pour ordonner et recouvrer "Hearth Duty", ce qui a conduit à une inspection ultérieure de toutes les maisons du pays et à la saisie de toutes les propriétés dotées de foyers et de poêles. L'enquête de Sutton Coldfield a révélé qu'il y avait 67 foyers et poêles, dont 30 attribués à deux maisons appartenant à la famille Willoughby.[43]

Certains des bâtiments les plus importants de Sutton Coldfield ont été construits ou ont subi des modifications au cours de cette période. Par exemple, l'actuel Peddimore Hall a été construit en 1659 par William Wood sur un projet de William Wilson, qui s'est établi dans la ville et a épousé la propriétaire veuve Jane Pudsey en 1681.[44] Ses filles désapprouvèrent la relation et elle fut forcée de quitter son domicile à Langley Hall, ce qui obligea Wilson à construire Moat House pour le couple en 1680.[45] Four Oaks Hall est une autre de ses œuvres dans la ville, conçue pour Henry Folliott, premier baron Folliott, qui était le mari de la belle-fille de Wilson. Avec la salle, Lord Folliott a clôturé une forêt de 24 hectares.[46]

En 1610, Henry Sacheverell acquit New Hall Manor, dont les membres de la famille étaient d'éminents propriétaires terriens dans tout le pays. À sa mort en 1620, Valence Sacheverell en hérite, puis George Sacheverell, son fils aîné.[19] Parmi les bâtiments remarquables construits dans la ville au 18ème siècle, on peut citer le Royal Hotel, situé sur High Street, qui date de 1750 environ.[20][47] Le pub "Three Tuns", également sur High Street, date de la fin du 18ème siècle, bien qu'il conserve les caves et les fondations d'un bâtiment plus ancien.[48]

La ville de banlieue, 1800-1900[[[[modifier]

Projets municipaux et changement de gouvernement[[[[modifier]

Les années 1800 seraient un autre siècle de changements majeurs pour la ville, bâtis sur la richesse qu’elle avait générée au cours des années précédentes et sur le pouvoir dont disposait la Sutton Coldfield Corporation. Face à une ville en croissance, ils ont cherché à améliorer la qualité de vie des habitants. La Société a été obligée d'abattre des arbres dans la ville et de vendre le bois pour financer la construction d'écoles et de maisons de retraite. En 1826, le bois valait 1 116 £ 3. a été vendu.[19] La première de ces écoles a été fondée dans les années 1820. La Société a également construit deux hospices à Walmley en 1828 et deux autres adjacents en 1863.[49] En 1837, la paroisse était au nombre de dix almshouses et d'autres étaient exploités par des œuvres de bienfaisance.[50]

En 1849, les chartes royales originales ont été envoyées à Londres pour être traduites du latin en raison des peaux sur lesquelles elles ont été écrites commencent à se détériorer.

L’hôtel de ville situé en haut de la rue Mill commença à se détériorer au cours des années 1800 et la décision fut prise de la démolir en 1854. La maison de travail et la prison adjacentes furent rénovées pour devenir les nouveaux bureaux de la municipalité. Elles furent reconstruites en 1858 jusqu’en 1859 convenir à son but. Les nouveaux bureaux ont été conçus par G. Bidlake.[51] Une caserne de pompiers a également été construite plus loin dans Mill Street.[51]

Au cours des années 1830, les corporations municipales ont fait l'objet d'une enquête en raison de pratiques de corruption à la Chambre des communes. Ces enquêtes ont abouti à l'adoption de la loi de réforme de 1832 et de la loi de 1835 sur les corporations municipales, qui ont permis de réformer les arrondissements à l'échelle nationale. Malgré les changements radicaux imposés par les lois, la Sutton Coldfield Corporation n’a pas été touchée.[39] Ce n’est qu’en avril 1882 et à la suite de la Loi de 1882 sur les corporations municipales que Sutton Coldfield devint un arrondissement municipal. L'ancienne corporation a été remplacée par une nouvelle structure composée d'un maire, de six échevins et de dix-huit conseillers élus. Six quartiers ont été créés dans l'arrondissement – Holy Trinity, Hill, Boldmere, Wylde Green, Maney et Walmley – parmi lesquels trois conseillers ont été élus.[19]

Arrivée des chemins de fer[[[[modifier]

Pendant la majeure partie du XIXe siècle, les gens ont voyagé entre Birmingham et Sutton Coldfield en calèche, ce qui a pris environ 80 minutes.[51] Birmingham a reçu son premier chemin de fer en 1837 avec un terminus à la gare de Vauxhall, aujourd'hui gare de Duddeston. En 1859, une loi fut adoptée pour la construction d'une ligne de chemin de fer reliant Birmingham à Sutton Coldfield via Erdington.[52] La construction a commencé en 1860 sur la ligne qui passait par la gare de Vauxhall, bien qu’à cette époque, elle ne servait plus que de gare de marchandises. La ligne a été ouverte le 2 juin 1862 avec la gare de Sutton Coldfield comme terminus. Une loi du Parlement pour la continuation de la voie ferrée jusqu'à Lichfield a été adoptée le 23 juin 1874, la construction commençant à octobre 1881.[43] et services commençant en 1884.[53] La ligne a été étendue à la gare de Lichfield Trent Valley le 28 novembre 1888.[54]

Une deuxième ligne de chemin de fer proposée par la Wolverhampton, la Walsall et la Midland Junction Railway Company via Sutton Coldfield a suscité l’opposition de résidents préoccupés par le tracé de la route traversant Sutton Park. Une réunion d'opposition à la proposition a eu lieu le 15 avril 1872,[43] cependant, la construction fut autorisée le 6 août de la même année. La société WWMJR a fusionné avec Midland Railway en 1874 et la construction a commencé peu de temps après. Pour calmer les objections des résidents, Midland Railway promit du charbon local bon marché et paya 6 500 £ pour un trajet de 3 km à travers le parc Sutton.[55] La ligne commence à desservir la ligne le 1 er juillet 1879. Les trains s'arrêtent à Penns (Walmley), à Sutton Coldfield Town et à Sutton Park, ainsi qu'à Streetly, Aldridge et Walsall. En fin de compte, la ligne reliait les lignes Wolverhampton et Walsall Railway de Midland Railway à leurs lignes Birmingham-Derby.[55]

Les chemins de fer ont rapidement conduit Sutton Coldfield à devenir un lieu prisé pour les excursions d’une journée et les pique-niques pour les habitants de Birmingham, échappant à la pollution de la ville pour les paysages de Sutton Park.[56] Dans l'édition de 1863 du Guide de Bradshaw, Sutton Coldfield était décrit comme "un lieu sans importance particulière, au-delà d'une excursion pique-nique occasionnelle".[57] Au cours de la semaine de Pentecôte de 1882, 19 549 personnes se sont rendues à Sutton Park, leur nombre tombant à 11 378 la même semaine l'année suivante. En 1884, il y avait 17 486 visiteurs, dont 14 000 le lundi.[43] En 1865, sur une petite éminence adjacente à la gare de Sutton Coldfield, le Royal Hotel fut construit, dans l’espoir de tirer parti de la nouvelle industrie touristique de la ville. L'hôtel était en proie à des difficultés financières et a fermé ses portes en 1895, devenant Sutton Coldfield Sanatorium pour une courte période.[46]

En plus de devenir un lieu touristique, Sutton Coldfield est également devenue une ville de banlieue à Birmingham, les travailleurs ayant pu vivre loin de la pollution de la ville et s'y rendre en train.[58] À la fin du 19e siècle, ce sont les riches fabricants qui ont déménagé à Sutton Coldfield, et ce n'est qu'au tournant du siècle que les travailleurs ordinaires ont également été en mesure de déménager.[39]

En 1836, George Bodington acquit un asile et un sanatorium à Driffold House (aujourd'hui le cinéma Empire) à Maney, où il effectua des recherches sur les maladies pulmonaires.

Croissance démographique et équipements publics[[[[modifier]

Le premier recensement de Sutton Coldfield a eu lieu en 1801. Il a été constaté que la ville comptait 2 847 habitants. Le recensement suivant de 1811 indiquait que ce nombre était passé à 2 959 avec 617 maisons. Il s’agissait en partie de la construction de casernes à l’est pour accueillir les milices d’Édimbourg et du Sussex, le 7th Dragoon Guards et une brigade d’artillerie. En 1821, la population avait encore augmenté pour atteindre 3 426[59] et ensuite à 3 684 en 1831.[19] The census of 1881 revealed that the population had increased from 4,662 in 1861[60] to 7,737.

The increasing population of Sutton Coldfield parish was recognised in the mid-19th century and new ecclesiastical parishes were created from it to better serve the residents of the communities that made up Sutton. The first ecclesiastical parish to be created was Walmley in 1846, with the recently completed St. John the Evangelist Church becoming the parish church.[61] Hill became the next ecclesiastical parish in 1853, with its church being St. James' Church in Mere Green.[62] Boldmere parish was created in 1857, with St. Michael's Church becoming its parish church.[63] Holy Trinity Church was further extended with a north outer aisle and vestries in 1874-9.[19]

The construction of Shenstone Pumping Station in 1892 gave Sutton Coldfield its first tapped water supply.[64] In 1870, W.T. Parsons began the publication of Sutton Coldfield's first newspaper Sutton Coldfield News.[65]

Ashford v Thornton[[[[modifier]

Sutton Coldfield was the focus of national attention in 1817 when a young woman named Mary Ashford was found murdered in the town. She had been attending a party in Erdington on the evening of 26 May 1817,[66] and had left with Abraham Thornton and her friend Hannah Cox, who left Mary and Abraham.[67] The following morning, her body was recovered from a water-filled pit by Penns Lane, Erdington. Thornton was quickly traced and arrested for her murder.[68] At the trial, Thornton provided evidence that it was not possible for him to have killed Mary at the suggested time.[69] As a result, the jury found him not guilty of her murder and rape, allowing him to walk free from the court.[70]

Public response to the acquittal was that of outrage and a private appeal was brought against the verdict by Mary's brother, William Ashford.[71] Thornton was taken to London where he was tried at the King's Bench.[72] When Thornton was called upon for his plea, he responded, "Not guilty; and I am ready to defend the same with my body."[73] He then put on one of a pair of leather gauntlets, which his barrister, William Reader, handed him. Thornton threw down the other for William Ashford to pick up and thus accept the challenge, which Ashford did not do. By Ashford not accepting the challenge under the trial by combat laws, Thornton was freed, although by this time he gained a notorious reputation.[74] In 1819, a bill was introduced and an Act passed to abolish private appeals after acquittals and also abolish trial by combat.

20ième siècle[[[[modifier]

In the 20th century, Sutton Coldfield continued to grow. The areas on the fringes of the district remained rural up until the end of World War I. As witnessed nationally, there was a house construction boom in areas such as Boldmere, Walmley, Erdington and Four Oaks. Again, the population increased rapidly. During World War II, Sutton Park and areas of Walmley were used as prisoner-of-war camps, housing German and Italian prisoners. After the war, Sutton witnessed a major redevelopment. The Borough Council commissioned Max Lock and Partners to draw up plans for the redevelopment of the town centre in 1960, with a preliminary report being delivered in May 1961 and a detailed report in 1962.[75] The Parade in the town centre was almost completely demolished for the construction of a large new shopping centre named Gracechurch. In addition, shopping centres in Wylde Green and Mere Green were constructed causing considerable objection as many local landmarks were lost to the developers.

Merging into Birmingham[[[[modifier]

In 1974, Sutton Coldfield became part of Birmingham when the metropolitan county of the West Midlands was formed. More recently, Sutton Coldfield has undergone changes. Areas of the town centre have been pedestrianised and the Gracechurch Centre has been improved.

Plans for the proposed construction of five tower blocks for pensioners at Brassington Avenue in the town centre were abandoned in November 2015.[76]

On 1 March 2015, a new Sutton Coldfield parish council was formally incorporated. This gave the town more powers from Birmingham City Council.

Governance[[[[modifier]

Sutton Coldfield constituency shown within Birmingham

In 1528, a charter of King Henry VIII gave the town the right to be known as "The Royal Town of Sutton Coldfield" and to be governed by a warden and society. The charter was secured by Bishop John Vesey. This unreformed corporation survived until 1885, when it was replaced by a municipal borough. Although the title "Royal Town" was still used, the municipality created in 1885 was not itself a Royal borough. However, the townspeople sometimes still use its historic 'Royal' title. This was confirmed to be allowed in 2014 after a two-year campaign by a local newspaper, the Sutton Coldfield Observer, Andrew Mitchell MP, the Sutton Coldfield Civic Society and various local residents. On Thursday, 12 June 2014 government minister Greg Clark confirmed during a special adjournment debate in the House of Commons that "there is no statutory ban to the continuance of historic titles for other [non-governance] purposes" in the absence of a local governing structure using a historic name, and thus the use of the Royal title is not prohibited (although any such usage has a "lack of technical legal effect").[2][3] Following that confirmation, the newspaper renamed itself the Royal Sutton Coldfield Observer.

The town and borough were ceremonially part of Warwickshire until 1974, when it was amalgamated into the City of Birmingham and the metropolitan county of the West Midlands. The formal Mayoral chains of office are now on display in Birmingham Council House.

Sutton Coldfield forms the Sutton Coldfield parliamentary constituency, the largest Parliamentary Constituency in Birmingham whose Member of Parliament since 2001 has been Andrew Mitchell (Conservative). Within the City of Birmingham metropolitan borough, it comprises the wards of Sutton Four Oaks, Sutton Trinity, Sutton Vesey and Sutton New Hall. The ward of Erdington ceased to be part of the constituency in 1974 due to the Local Government Act of 1972. Sutton Trinity ward was created in June 2004, at which time the other three wards' boundaries were changed. From 5 April 2004, it has been a council constituency, with many local services managed by a district committee made up of all Sutton's councillors.

In 2015 the eligible electorate within the Royal town's boundary were asked whether they wished to be governed by an independent Town council. The result of the election was that almost 70% were in favour of a Sutton Coldfield Town Council. Work is now ongoing in the Birmingham City Council to create a new council and decide which powers to transfer.[77] The first parish council election took place on 5 May 2016.[78]

Geography[[[[modifier]

Areas of Sutton Coldfield include:

Sutton Coldfield borders New Oscott, Erdington, Streetly, the district of North Warwickshire, Lichfield, Aldridge and Tamworth in Staffordshire. The area in general is regarded by its own populace as one of the most prestigious locations in the Birmingham area and even in Central England; a 2007 report by the website Mouseprice.com placed two Sutton Coldfield streets amongst the 20 most expensive in the United Kingdom.[79][80][81]

The northern stretch of the Birmingham city sandstone ridge culminates at Sutton Coldfield. Plants Brook rises in the area of Streetly and flows through Sutton Park and directly beneath the town centre, then Plants Brook briefly flows through Erdington, notably Pype Hayes Park before returning to Sutton and culminating at Plantsbrook Nature Reserve on the Erdington / Walmley border at Eachelhurst Road.

The main shopping centre is the Gracechurch Centre, built in 1974. For a number of years this centre was called The Mall. The complex includes a multi-storey car park. As a result of investment, the appearance of the shopping centre was improved in 2006 which included the installation of a glass roof above one of the walkways and the removal of a public square to form a cafe and extra retail units. There are now plans to construct a food court above Bishop's Court in the shopping centre.[82] The shopping centre was formerly home to three bronze sculptures that depict, respectively, a boy and a girl on rollerskates, a boy with a dog, and a boy and a girl playing leapfrog, which have been moved to Rectory Park.[83]

A second shopping centre was named the Sainsbury Centre until Sainsbury's closed their store;[84] the name was later changed to "The Red Rose Centre". The centre has its own multi-storey car park with access from Victoria Road.

Sutton Parade is a continuation of Birmingham Road and Lichfield Road (though there is a bypass for traffic). New Hall Walk is a row of shops built behind The Parade in the late 1990s. The company that manages the site also manages several of the shops on the Parade built at the same time. It has its own large outdoor car park. Opposite the Red Rose Centre, behind New Hall Walk, is a single floor, indoor market facility known as the In Shops.[[[[citation requise]

There are several local shopping parades serving the suburbs of Sutton, including "The Lanes" Shopping Centre in Wylde Green, at Walmley, and at Boldmere Road.

Rugby Union is a popular sport in the area. Two clubs currently represent the area; Sutton Coldfield RFC founded and based on the Walmley Road in 1924, while Spartans RFC (founded 1960) is located at Coppice Lane. A friendly rivalry exists between the two amateur clubs with the former sporting a slight advantage in member numbers.

Football-wise, Sutton Coldfield is represented by Sutton Coldfield Town F.C., which was founded in 1879 and also to Paget Rangers F.C. who share their ground at Coles Lane. Golf is a major sport in the town, which is home to numerous golf clubs and courses. In the south of Sutton Coldfield is Walmley Golf Club and Pype Hayes Golf Course. There are also Aston Wood Golf Club, Moor Hall Golf Club, Sutton Coldfield Golf Club, Little Aston and Boldmere Golf Club. Nearby is The Belfry, a hotel with a renowned golf complex whose Brabazon course has hosted the Ryder Cup several times.

Sports facilities, including swimming pool and 400m athletics track, are located at Wyndley Leisure Centre, on the edge of Sutton Park. This was opened in 1971 by Ethel E. Dunnett. The nearby youth centre was opened in September 1968. Parts of Rectory Park is leased to Sutton Coldfield Hockey Club, Sutton Coldfield Cricket Club and Sutton Town Football Club.

A number of local cricket clubs play in the Sutton Coldfield area. Walmley, Sutton Coldfield and Four Oak Saints.

Places of interest[[[[modifier]

Listed residential properties at the top of Coleshill Street.

Parkland[[[[modifier]

The area is home to Sutton Park, one of the largest urban parks in England. It has an area of 2,224.2 acres (9.001 km2) and is used as part of the course for the Great Midlands Fun Run, sponsored by the Sutton Coldfield Observer. The park is a national nature reserve and a Site of Special Scientific Interest. New Hall Valley, which separates Walmley and Maney, is the location of New Hall Valley Country Park which was opened formally on 29 August 2005. It has an area of 160 acres (0.65 km2) and within it is New Hall Mill which is one of only two working watermills in the West Midlands.

The mill is privately owned but is open to the public several times a year. There are also several nature reserves including Plants Brook Nature Reserve, in Walmley, and Hill Hook Nature Reserve. On the border between Sutton Coldfield and Erdington is the extensive Pype Hayes Park and adjacent golf course, with the park falling within Tyburn ward but the golf course in Sutton New Hall.

Historic houses[[[[modifier]

Sutton Coldfield has been an affluent area in the past leading to the construction of manors and other large houses. Several have been renovated into hotels such as the New Hall Hotel, Moor Hall Hotel, Moxhull Hall Hotel, and Ramada Hotel and Resort Penns Hall. Peddimore Hall, a Scheduled Ancient Monument near Walmley, is a double-moated hall used as a private residence. Demolished manor houses include Langley Hall, the former residence of William Wilson and Four Oaks Hall, designed by William Wilson. William Wilson is also known to have designed Moat House and lived in it with his wife, Jane Pudsey. It is Grade II* listed.[85]

Conservation areas[[[[modifier]

Lichfield Road from Vesey Gardens looking west into the High Street conservation area.

There are two conservation areas in Sutton Coldfield. The High Street, King Edward's Square, Upper Clifton Road, Mill Street, and the northern end of Coleshill Street are protected by the High Street conservation area, which is part covered by an Article 4 Direction. At the centre of the conservation area is Holy Trinity Church, which is fronted by the Vesey Memorial Gardens, created in memory of Bishop John Vesey. The High Street conservation area was designated on 28 November 1973 and extended on 6 February 1975, 14 August 1980 and again on 16 July 1992. It covers an area of 16.95 square kilometres (41.87 acres).[86]

Beyond the railway bridge, which crosses the Sutton Park Line and separates the Lichfield Road and High Street, is the Anchorage Road conservation area which protects buildings such as Moat House by William Wilson. The conservation area was designated on 15 October 1992 and covers an area of 17.57 square kilometres (43.41 acres).[87]

Religious buildings[[[[modifier]

Holy Trinity Church on Trinity Hill north of Sutton town centre

Holy Trinity Church is one of the oldest churches in the town, having been established around 1300. The church has been expanded over time, notably by John Vesey, Bishop of Exeter who built two aisles and added an organ.[88] His tomb is located within the church.[89] Outside of Sutton town centre, there are numerous other churches, many of which are listed buildings.

In Four Oaks is the Church of All Saints which is a Grade B locally listed building. It was built in 1908 and designed by Charles Bateman, whose Arts and Crafts are seen in the building.[90] Another church in Four Oaks which is of a mixed Arts and Crafts-Gothic style is Four Oaks Methodist Church, built between 1907 and 1908 to a design by Crouch and Butler. It is Grade II listed.[91] The Methodist Hall attached to it is also Grade II listed.[92]

St Chad's Church near Walmley.

In Mere Green is the Church of St Peter, also by Charles Bateman, which was built between 1906 and 1908. The building is Grade II listed.[93] Also designed by Charles Bateman is the Church of St Chad near Walmley. This was built between 1925 and 1927. The side chapel was built in 1977 to a design by Erie Marriner. It is Grade II listed.[94] St Johns Church, built in 1845 to a design by D. R. Hill, is located on the Walmley Road in Walmley. It is the parish church for Walmley and is of a Norman architectural style. It is Grade C locally listed.[95]

In Maney, near Walmley, is St Peter's Church which began construction in 1905, although the tower, which was designed by Cossins, Peacock and Bewley, was constructed in 1935 and the building is Grade II listed.[96] Located on the border of Sutton town centre is Church Hall, a former Roman Catholic Chapel, built around 1834. The building is now used for offices and is Grade II listed.[97]

The Green Belt[[[[modifier]

Birmingham has 4,153 hectares of Green Belt, about 15% of the City's land area. The majority of this is in the north of the City, particularly to the north and east of Sutton Coldfield.[98] The current Green Belt within Birmingham was initially installed in place in 1955 and was last reviewed around 20 years ago, since then the boundaries have remained unchanged.

Public facilities[[[[modifier]

The Town Hall, a relic of Sutton Coldfield's former status as a municipal borough, now serves as a theatre, conference, and function venue.

In the town centre is Sutton Parade which is a pedestrianised shopping area. Sutton Coldfield Library, opened in 1974, is located near Sutton Parade above the Red Rose Centre. It also contains the Sutton Coldfield Reference Library, which holds a large collection of newspapers and magazines with all Sutton Coldfield based publications such as Sutton Coldfield News and Sutton Coldfield Observer being held permanently.[99] The Library closed in May 2010 due to the discovery of disturbed asbestos and reopened in May 2013. There are many branch libraries in Sutton Coldfield and there is also a good bus service from Sutton Parade to Birmingham City Centre and Birmingham Central Library, The Central Library and the terminus of busses from Sutton Coldfield are both within the City Centre Core and in walking distance of each other.

Also in the Town centre is Sutton Coldfield railway station which is part of the Birmingham Cross-City Line, nearby is the Town Gate entrance to Sutton Park fairly close to the Sutton Park Visitor's Centre.

Sutton Coldfield has four Community Centres and a number of smaller Community Halls all offering classes and events in a wide variety of subjects and interests –

  • Mere Green Community Centre
  • Falcon Lodge Community Centre
  • Banners Gate Community Hall
  • Brampton Hall Community Centre

Good Hope Hospital provides main hospital services to the town, including accident and emergency facilities. Another hospital in Sutton Coldfield is Sutton Cottage Hospital, which is operated by the Birmingham East and North Primary Care Trust.[100] It opened in 1908 and the buildings were designed by Herbert Tudor Buckland and Edward Haywood-Farmer.[101]

On Lichfield Road, Sutton Coldfield is served by a police station, magistrates court (both opened in 1960, the court now closed) and fire station (opened 1963). On the opposite side of the road is Sutton Coldfield College, which is the main college of further education for the area. Also located on the north-eastern outskirts of the area is Sutton Coldfield transmitting station, the first television transmitter to broadcast outside the London area.

Transport[[[[modifier]

The former Sutton Town railway station on Midland Drive. The station opened in 1879 and closed in 1924, and is now converted to offices. The adjacent railway line is still in use by freight services only.

Linked by frequent and fast services from Sutton Coldfield railway station on the Cross-City Line to the centre of Birmingham, Sutton is mostly a commuter dormitory town for people who work in Birmingham. The 1955 Sutton Coldfield rail crash occurred here, when an express train entered the very tight curve through the station much faster than the speed limit of 30 mph (48 km/h). The Sutton Park Line also crosses the town roughly perpendicular to the cross-city line (crossing at a point out of easy sight near the former Midland Road station), but lost its passenger services and stations in the 1964 "Beeching Axe". It retained a loading bay at the adjacent Clifton Road Royal Mail sorting office for a time, but now remains as a freight only line.

The Roman road Icknield Street cuts through Sutton Park to the west of the town. The town is bypassed to the north by the M6 Toll, the first toll motorway in the UK, accessible from Sutton by junction T2 at Minworth (co-located with the M42 junction), T3 and T4 (interchanging with the A38 at the south and north ends of their 5-mile (8.0 km) parallel run), and T5 at Shenstone. It also has easy access to the M6 to the South, via junctions 5 (Castle Bromwich), J6 (Gravelly Hill, or "Spaghetti Junction") and J7 at Great Barr; and also the M42 in the east, via junction 9 near Minworth.

The A38 itself used to run through the centre of the town (literally, using the since-pedestrianised line of the Parade), but now uses the dual carriageway bypass to the east. The former route of the A38 is now the A5127 Lichfield Road, branching from the southern end of the Aston Expressway on the Birmingham Middleway ring road, and continues to provide a major connective route running between and on slightly altered paths through the centres of Erdington, Sutton and Lichfield.

The Parade in the town centre is the main destination and terminus for numerous National Express West Midlands bus services in and through Sutton Coldfield. Such routes as 'Sutton Lines' (X3, X4, X5, X14) to Birmingham, 77 to Walsall and 5 to West Bromwich; to name just a few routes. There are also a few peak services in the week and on Saturday to Lichfield and Burton-upon-Trent which are run by Midland Classic.

Education[[[[modifier]

Fairfax School is on Reddicap Heath Road in the east of the town. Opposite the school is The John Willmott School. Sutton Coldfield Grammar School for Girls is on Jockey Road (A453). Bishop Vesey's Grammar School, its male equivalent, is on Lichfield Road (A5127/A453) in the centre of the town adjacent to Birmingham Metropolitan College. The Arthur Terry School is on Kittoe Road in Four Oaks in the north of the town near Butlers Lane station. The Plantsbrook School (formerly The Riland Bedford School) is on Upper Holland Road near the centre of the town in Maney. The Bishop Walsh Catholic School is next to the Sutton Park Line and New Hall Valley Country Park; the school is 10 minutes from Wylde Green. All these schools are for ages 11–18. However, from September 1972 until July 1992, schools in the Sutton Coldfield area were divided into first school for pupils aged 5–8 years, middle schools for pupils aged 8–12 years, while the entry age for secondary school was set at 12 years.

There are also a number of primary schools located in the town including:

  • St Joseph Catholic Primary School,
  • Whitehouse Common Primary School,
  • Deanery Primary School,
  • Banners Gate Primary School,
  • Holy Cross Infant and Junior Catholic Primary School
  • Walmley Primary School
  • Moor Hall Primary School in the Mere Green area.
  • The Shrubbery School, established in 1930, is a private primary school located on the fringes of Walmley and Hollyfield primary located on Hollyfield Road, founded in 1907. O
  • Four Oaks Primary,
  • New Hall Primary and Children's Centre, Little Sutton, Coppice Primary, Hill West and Mere Green Combined.

Highclare School, founded in 1932, is a primary and secondary school located on three sites in the Birmingham area. Two of the sites are located in Sutton Coldfield, with the other being located in nearby Erdington. The Sutton Coldfield facilities are on Lichfield Road in the Four Oaks area and in the Wylde Green area to the south, which houses the nursery.

St Nicholas Catholic Primary School in Jockey Road is a voluntary aided Catholic primary school. Established in 1967, there are currently about 210 pupils. The school is oversubscribed.[102][103]

Sutton Coldfield in literature[[[[modifier]

The town is mentioned in Shakespeare's Henry IV, Part 1, Act 4, scene 2. Falstaff, "on a public road near Coventry", who is leading a band of conscripted men on the way to what will be the Battle of Shrewsbury, tells Bardolph of his determination to march from Coventry to Sutton that evening:

Falstaff: Bardolph, get thee before to Coventry; fill me a bottle of sack: our soldiers shall march through: we’ll to Sutton-Co’fil’ to-night.

Sutton Coldfield is also included in Ferguson's Gang – The Maidens behind the Masks; the group of society women who made anonymous donations of sacks of money to the National Trust in order to save historically important properties in the 1930s. A number of Gang members and supporters lived in and around Sutton Coldfield.[104]

Sutton Coldfield, specifically the aforementioned Sutton Park, is a pivotal location in Hekla's Children by James Brogden. Sutton Park was the site of a portal between the physical world and the spirit world of Un.[105]

Sutton Coldfield has a very active arts community with numerous local amateur dramatic groups, musical theatre companies, orchestras and dance schools. The Royal Sutton Coldfield Orchestra was founded in 1975 and regularly arrange public concerts, often featuring guest professionals. In April 2011 Birmingham City Council provided seed funding for the creation of "Made in Sutton", a local arts forum which aims to bring together local arts organisations and champion arts activity across the town.[106] Made in Sutton is coordinated by The New Streetly Youth Orchestra.[107] The Royal Sutton Coldfield Concert Orchestra (RSCCO) hold regular local concerts and is a registered charity. There are two major amateur theatres in the Sutton Coldfield area; Highbury Theatre and Sutton Arts Theatre, both have been established since the 1930s and are very popular with the residents of both Sutton and the neighbouring Boldmere district.

Notable residents[[[[modifier]

A number of notable people were born or have lived in Sutton Coldfield including:

  • Scott Adkins – actor[108]
  • Patrick Bashir Baladi – Actor
  • Barry Bannan – footballer for Sheffield Wednesday and Crystal Palace[109]
  • Jim Barron – former Wolverhampton Wanderers footballer
  • Maurice Beresford (1920–2005) – Medieval Archaeologist. Professor of Economic History at the University of Leeds.
  • Christophe Berra – former Wolverhampton Wanderers footballer
  • George Bodington (1799–1882) – GP and pulmonary specialist
  • Mary Brancker (1914–2010) – Veterinary Surgeon. First woman to be president of the British Veterinary Association.
  • Stacey Cadman – actress
  • Colin Charvis – Welsh international rugby union player
  • Francis James Chavasse (1846–1928), born in Sutton Coldfield. This member of the Chavasse family became Bishop of Liverpool, founder of St Peter's College, Oxford, and father of Bishop Christopher Chavasse (1884–1962) and Captain Noel Chavasse, VC and Bar, MC (1884–1917).
  • Ciaran Clark – footballer for Newcastle United and Aston Villa
  • Stella Creasy – Labour Member of Parliament for Walthamstow since 2010
  • Derek Dauncey – World Rally Team Manager, Mitsubishi Ralliart Japan
  • Cat Deeley – television presenter
  • Rory Delap – footballer
  • Doug Ellis – former Aston Villa chairman
  • Trevor Eve – actor
  • James Fleetwood (1603–1683) – later Bishop of Worcester
  • Kate Gerbeau (née Sanderson) – television presenter
  • Rob Halford – singer of Judas Priest
  • Rasmus Hardiker – actor
  • Jonathan Harvey (1939–2012) – composer
  • Alan Jerrard (1897–1968) – holder of the Victoria Cross
  • Mike Jordan – racing driver
  • Mark Kinsella – Aston Villa and Charlton Athletic Footballer, Irish National Team Captain.
  • Robert Koren – former West Bromwich Albion footballer
  • Anna Kumble – British pop star, better known as Lolly
  • Russell Lewis – former child actor and television writer
  • Arthur Lowe (1915–1982) – comic actor. Ashes scattered at Sutton Coldfield Crematorium
  • Sir Michael Lyons – former Chairman of the BBC Trust
  • Michael Mancienne – professional footballer
  • James Merry – actor
  • Paul Merson – footballer[110]
  • Jonathan Miles (b. 1986) – cricketer
  • Ken Miles (1918–1966) – racing and sports car driver
  • Mike Nattrass – Member of the European Parliament for the West Midlands region for the United Kingdom Independence Party (UKIP)[111]
  • Charles N'Zogbia – former footballer for Aston Villa
  • Martin O'Neill – Irish footballer and former manager of Aston Villa
  • Sir Alfred Owen (1909–1975) – proprietor of Rubery Owen and BRM Formula 1 racing cars
  • Renato Pagliari (1940–2009) – singer famous for "Save Your Love"
  • James and Oliver Phelps – actors, played the Weasley twins in the Harry Potter série de films
  • Abi Phillips – actress in the Hollyoaks séries télévisées
  • Natalie Powers – singer, member of Scooch who represent Britain at the Eurovision Song Contest 2007 with Flying the Flag (for You)
  • John Shelley – illustrator
  • Steve Shirley – British businesswoman and philanthropist
  • Jane Sixsmith – international hockey player
  • John Benjamin Stone (1838–1914) – four-time Mayor
  • James Sutton – Hollyoaks acteur
  • Connie Talbot – child singer
  • Chandeep Uppal – actress
  • Darius Vassell – footballer
  • James Vaughan – Birmingham F.C. footballeur
  • Brigadier Rory Walker OBE (1932–2008) – SAS Commander
  • Dennis Waterman – actor, Minder formerly lived in Sutton
  • Jim Tomlinson – tenor saxophonist, clarinetist and composer
  • Arnold Horace Santo Waters (1886–1981) – holder of the Victoria Cross
  • Peter Weston (1944–2017) – British science fiction fan and winner of multiple Hugo Awards
  • Ashley Williams – Swansea City and Wales footballer
  • Emma Willis (née Griffiths) – television presenter, former model and wife of Matt Willis from Busted
  • Baruch Harold Wood (1909–1989) – chess master, writer and organiser
  • William F Woodington (1806–1893) – painter and sculptor
  • John Wyatt (1700–1766) – inventor and engineer
  • Dorian Yates – six-time Mr. Olympia bodybuilding world champion

Lectures complémentaires[[[[modifier]

  • The Gentleman's Magazine (Vol. XXII), page 270, Sylvanus Urban, 1790
  • Sutton Coldfield, 1974-84: The Story of a Decade: a Look at Life and Events in the Royal Town, Douglas V. Jones, 1984, Westwood Press Publications (ISBN 0-948025-00-X)
  • Sutton Coldfield: a history & celebration, Alison Reed; Francis Frith Collection, 2005 (ISBN 1-84589-218-6)
  • Sutton Coldfield under the Earls of Warwick, Christine Smith, 2002, Acorn (ISBN 1-903263-71-9)

Références[[[[modifier]

  1. ^ "Home". Royal Sutton Coldfield Town Council.
  2. ^ une b "Sutton Royal Status Confirmed". suttoncoldfieldobserver.co.uk. 12 June 2014. Archived from the original on 11 July 2014. Récupéré 12 June 2014.
  3. ^ une b "Sutton Coldfield's royal status is reaffirmed". nouvelles de la BBC. 12 June 2014.
  4. ^ "Sutton Park – History". Sp.scnhs.org.uk. 7 December 2012. Récupéré 18 May 2014.
  5. ^ "The Archaeology of the M6 Toll 2000-2003". Wessex Archeology Online. Récupéré 23 juillet 2015.
  6. ^ une b c "M6 Toll Motorway". Birmingham City Council. Récupéré 13 September 2010.
  7. ^ Hodder, Mike. "Burnt mounds and beyond: the later prehistory of Birmingham and the Black Country" (doc). West Midlands Regional Research Framework for Archaeology, Seminar 2. University of Birmingham. Récupéré 13 September 2010.[[[[dead link]
  8. ^ Dargue, William. "Langley, Langley Gorse, Langley Heath, Sutton Coldfield". A History of Birmingham Places & Placenames . . . from A to Y. Récupéré 13 September 2010.
  9. ^ Dargue, William. "Fox Hollies, Sutton Coldfield". A History of Birmingham Places & Placenames . . . from A to Y. Récupéré 13 September 2010.
  10. ^ une b Hutton, William (1782). The History of Birmingham. pp. 476–7.
  11. ^ Balsom, Bryan. "The Heritage Trail at Bourne Brook and Pool" (PDF). Wm Wheat & Son. Archivé de l'original (PDF) on 12 March 2012. Récupéré 13 September 2010.
  12. ^ une b c "Sutton Park: Archaeology 1". Birmingham City Council. Archived from the original on 30 August 2011.
  13. ^ Chinn, Carl (2003). Birmingham: Bibliography of a City. University of Birmingham Press. p. 15. ISBN 1-902459-24-5.
  14. ^ une b c e "Walking in their Footsteps" (PDF). Local History Initiative. Archivé de l'original (PDF) on 13 June 2011. Récupéré 4 November 2010.
  15. ^ "The Historical Valley". New Hall Valley Country Park. Archived from the original on 16 July 2011. Récupéré 13 September 2010.
  16. ^ "Continuity And Discontinuity in The Landscape: Roman to Medieval in Sutton Chase" (PDF). Arts and Humanities Data Service. Récupéré 13 September 2010.
  17. ^ "Roman Birmingham". Birmingham City Council. Récupéré 13 September 2010.
  18. ^ Bracken, L. (1860). History of the forest and chase of Sutton Coldfield. Benjamin Hall. p. dix.
  19. ^ une b c e F g h je j k l m n o p q r s t u v w X Salzman, L. F. (1947). "The borough of Sutton Coldfield". A History of the County of Warwick: Volume 4: Hemlingford Hundred. Republished by British History Online. pp. 230–245. Récupéré 13 September 2010.
  20. ^ une b c e F Dargue, William. "Sutton/ Sutton Coldfield". A History of Birmingham Places & Placenames . . . from A to Y. Récupéré 13 September 2010.
  21. ^ "History". Holy Trinity Parish Church. Archived from the original on 18 June 2010. Récupéré 13 September 2010.
  22. ^ Bracken, L. (1860). History of the forest and chase of Sutton Coldfield. Benjamin Hall. pp. 45–6.
  23. ^ Bracken, L. (1860). History of the forest and chase of Sutton Coldfield. Benjamin Hall. p. 52.
  24. ^ Bracken, L. (1860). History of the forest and chase of Sutton Coldfield. Benjamin Hall. pp. 51–52.
  25. ^ une b Bracken, L. (1860). History of the forest and chase of Sutton Coldfield. Benjamin Hall. pp. 57–65.
  26. ^ Weinbaum, Martin (2010). British Borough Charters 1307-1660. Cambridge University Press. p. 118. ISBN 1-108-01035-0.
  27. ^ Historic England. "Details from listed building database (1075818)". National Heritage List for England. Récupéré 14 September 2010.
  28. ^ Historic England. "Details from listed building database (1067108)". National Heritage List for England. Récupéré 14 September 2010.
  29. ^ Amphlett, John (2009). A Short History of Clent. BiblioBazaar. p. 124. ISBN 1-103-20118-2.
  30. ^ "A History of New Hall". Handpicked Hotels. Récupéré 14 September 2010. …it is said that Charles II stayed one night at New Hall during his flight from England…
  31. ^ Warden and Society of the Royal Town of Sutton Coldfield (1853). The charters of the royal town of Sutton Coldfield. Benjamin Hall. pp. 29–38.
  32. ^ une b Riland-Bedford, William Kirkpatrick (2009) [1889]. Three Hundred Years of a Family Living; Being a History of the Rilands of Sutton Coldfield. General Books. p. 13. ISBN 1-150-13395-3.
  33. ^ Gilmour, Ian; Riot, risings and revolution (London, 1992); ISBN 0091753309.
  34. ^ Hutton, William (1841). The life of William Hutton, stationer, of Birmingham, and the history of his family. Charles Knight & Co. pp. 58–59.
  35. ^ une b Coxhead, Peter. "The Pools of Sutton Park". Sutton Coldfield Natural History Society. Récupéré 14 September 2010.
  36. ^ "Sutton Park". Brumagem. Archived from the original on 11 September 2011. Récupéré 14 September 2010.
  37. ^ une b The Newcomen bulletin. Newcomen Society for the Study of the History of Engineering and Technology. 1984. p. 28. Récupéré 14 September 2010.
  38. ^ "For 60 years after the Norman Conquest, Sutton Coldfield was a royal manor". Sutton Coldfield Observer (republished by thisissuttoncoldfield.co.uk). Archived from the original on 5 May 2013. Récupéré 14 September 2010.
  39. ^ une b c Beresford, Maurice (1985). Time and Place: collected essays. Continuum International Publishing Group. p. 100. ISBN 0-907628-39-7.
  40. ^ une b Riland-Bedford, William Kirkpatrick (2009) [1889]. Three Hundred Years of a Family Living; Being a History of the Rilands of Sutton Coldfield. General Books. p. 12. ISBN 1-150-13395-3.
  41. ^ Historic England. "Details from listed building database (1116386)". National Heritage List for England. Récupéré 14 September 2010.
  42. ^ Yates, George (1830). An Historical and Descriptive Sketch of Birmingham. Beilby, Knott, and Beilby. p. 24
  43. ^ une b c Showell, Walter; Harman, Thomas T. (1885). Showell's Dictionary of Birmingham. Birmingham: J.G. Hammond & Co. Récupéré 6 November 2010.
  44. ^ Jones, Douglas V. (1990). "Chapter III: Langley, Wishaw and Moxhull". Walmley and its surroundings. Westwood Press. ISBN 0-948025-11-5.
  45. ^ Noszlopy, George Thomas (2003). Public sculpture of Warwickshire, Coventry and Solihull. Liverpool University Press. p. 273. ISBN 0-85323-847-2.
  46. ^ une b Jones, Douglas V. (1994). The Royal Town of Sutton Coldfield—A Commemorative History. Westwood Press. ISBN 0-9502636-7-2.
  47. ^ Historic England. "Details from listed building database (1075794)". National Heritage List for England. Récupéré 14 September 2010.
  48. ^ Historic England. "Details from listed building database (1075793)". National Heritage List for England. Récupéré 14 September 2010.
  49. ^ Jones, Douglas V. (1990). Walmley and its surroundings. Westwood Press. ISBN 0-948025-11-5.
  50. ^ Wright, George (1837). A New and Comprehensive Gazetteer, Volume 4. Paternoster Row, London: T. Kelly. p. 567.
  51. ^ une b c "SUTTON COLDFIELD MASONIC HALL – A BRIEF HISTORY". The Sutton Coldfield Masonic Hall Company Ltd. Récupéré 6 November 2010.
  52. ^ General Report of the Board of Trade on the Railway and Canal Bills of Session 1859. Board of Trade. 1859. p. 52.
  53. ^ "Lichfield City Station". Rail Around Birmingham and the West Midlands. Récupéré 6 November 2010.
  54. ^ Butt, R.V.J. (1995). The Directory of Railway Stations. Yeovil: Patrick Stephens Ltd. p. 142. ISBN 1-85260-508-1.
  55. ^ une b "LMS Route: Water Orton to Walsall". Warwickshire Railways. Récupéré 6 November 2010.
  56. ^ McCulla, Dorothy (1976). Victorian and Edwardian Warwickshire: from old photographs. B. T. Batsford. p. 112. ISBN 0-7134-3101-6.
  57. ^ Bradshaw (1863). Bradshaw's Descriptive Railway Hand-book of Great Britain and Ireland. Oxford: Old House. pp. Section III, Page 21. ISBN 9781908402028.
  58. ^ Simmons, Jack (1978). The Railway in England and Wales, 1830–1914. Leicester University Press. p. 101. ISBN 0-7185-1146-8.
  59. ^ Smith, William (1830). A New & Compendious History of the County of Warwick. p. 367.
  60. ^ McCulloch, John Ramsay; Martin, Frederick (1866). A Dictionary, Geographical, Statistical, and Historical: Of the Various Countries, Places, and Principal Natural Objects in the World. Longmans. p. 246.
  61. ^ Bracken, L. (1860). History of the forest and chase of Sutton Coldfield. Benjamin Hall. p. 88.
  62. ^ Bracken, L. (1860). History of the forest and chase of Sutton Coldfield. Benjamin Hall. p. 87.
  63. ^ Bracken, L. (1860). History of the forest and chase of Sutton Coldfield. Benjamin Hall. p. 89.
  64. ^ "Potted History". South Staffordshire Water Archives. Récupéré 6 November 2010.
  65. ^ Boorman, Henry (1961). Newspaper Society, 125 years of progress. Kent Messenger. p. 144.
  66. ^ Hall, Sir John (1926). Trial of Abraham Thornton. William Hodge & Co. Ltd. pp. 1–2.
  67. ^ Hall, Sir John (1926). Trial of Abraham Thornton. William Hodge & Co. Ltd. pp. 4–5.
  68. ^ Hall, Sir John (1926). Trial of Abraham Thornton. William Hodge & Co. Ltd. pp. 7–9.
  69. ^ Thornbury, Walter (1879). Old Stories Re-Told (new ed.). Chatto and Windus. p. 234. Récupéré 2 August 2014.
  70. ^ Hall, Sir John (1926). Trial of Abraham Thornton. William Hodge & Co. Ltd. pp. 32–34.
  71. ^ Megarry, Sir Robert (2005). A New Miscellany-at-Law: Yet Another Diversion for Lawyers and Others. p. 69. ISBN 1-58477-631-5. Récupéré 2 August 2014.
  72. ^ Hall, Sir John (1926). Trial of Abraham Thornton. William Hodge & Co. Ltd. p. 46
  73. ^ Thornbury, Walter (1879). Old Stories Re-Told (new ed.). Chatto and Windus. p. 238. Récupéré 2 August 2014.
  74. ^ Hall, Sir John (1926). Trial of Abraham Thornton. William Hodge & Co. Ltd. pp. 55–56.
  75. ^ Theis, Michael. "A Print-out of the Preliminary Catalogue of the Max Lock Archive" (PDF). University of Westminster. Archivé de l'original (PDF) on 21 July 2011. Récupéré 3 November 2010.
  76. ^ ""Collapse of Brassington Avenue retirement home plans in Sutton Coldfield confirmed", Sutton Coldfield Observer, published 16 November 2016". Archived from the original on 17 November 2015. Récupéré 30 September 2016.
  77. ^ "Royal town calls for own council". 20 July 2015 – via www.bbc.co.uk.
  78. ^ [1]
  79. ^ "Street Rankings 2007 National Report", Mouseprice.com. Retrieved 17 September 2007 Archived 6 July 2008 at the Wayback Machine
  80. ^ Lucia Adams and Michael Moran, "The ten most expensive places to live in Britain… and ten budget alternatives", The Times, 30 March 2007. Retrieved 17 September 2007
  81. ^ Anne Ashworth, "Why modest pensioners may be lumped in with London super-rich", The Times, 14 March 2007. Retrieved 17 September 2007
  82. ^ "Food court idea for Gracechurch". icSutton Coldfield. 11 October 2007. Récupéré 22 October 2007.
  83. ^ "Statues claimed". icSutton Coldfield. 18 October 2007. Récupéré 22 October 2007.
  84. ^ Sainsbury's quits shopping centre, Birmingham Evening Mail, 27 February 2001
  85. ^ Historic England. "Details from listed building database (1343333)". National Heritage List for England. Récupéré 20 September 2007.
  86. ^ "Birmingham City Council: High Street, Sutton Coldfield Conservation Area map". GB-BIR: Birmingham.gov.uk. 13 June 2009. Récupéré 2 August 2014.
  87. ^ "Birmingham City Council: Anchorage Road Conservation Area map". GB-BIR: Birmingham.gov.uk. 13 June 2009. Récupéré 2 August 2014.
  88. ^ "Holy Trinity Parish Church: History". Archived from the original on 22 December 2007.
  89. ^ "Birmingham.gov.uk: Bishop Vesey's Monument". Archived from the original on 10 June 2008.
  90. ^ Historic England. "Details from listed building database (1343304)". National Heritage List for England. Récupéré 20 September 2007.
  91. ^ Historic England. "Details from listed building database (1116360)". National Heritage List for England. Récupéré 20 September 2007.
  92. ^ Historic England. "Details from listed building database (1075800)". National Heritage List for England. Récupéré 20 September 2007.
  93. ^ Historic England. "Details from listed building database (1075801)". National Heritage List for England. Récupéré 20 September 2007.
  94. ^ Historic England. "Details from listed building database (1067116)". National Heritage List for England. Récupéré 20 September 2007.
  95. ^ Historic England. "Details from listed building database (1343300)". National Heritage List for England. Récupéré 20 September 2007.
  96. ^ Historic England. "Details from listed building database (1067123)". National Heritage List for England. Récupéré 20 September 2007.
  97. ^ Historic England. "Details from listed building database (1075798)". National Heritage List for England. Récupéré 20 September 2007.
  98. ^ http://www.suttoncoldfieldrural.com/
  99. ^ "Birmingham City Council: Newspapers and Magazines held in Sutton Coldfield Reference Library". Archived from the original on 9 June 2008.
  100. ^ "NHS Birmingham East and North PCT: Hospitals". Archived from the original on 21 November 2007.
  101. ^ Historic England. "Sutton Coldfield Hospital (1060879)". PastScape. Récupéré 2 August 2014.
  102. ^ "St Nicholas Catholic Primary School"[[[[dead link], Ofsted, 4 April 2006
  103. ^ "School gets good report; Sutton Coldfield: Primary is judged 'outstanding'", Tony Collins, Birmingham Mail, 25 April 2006
  104. ^ Hutton-North, Anna (2013). Ferguson's Gang – The Maidens behind the Masks. Lulu Inc. ISBN 978-1-291-48453-3.
  105. ^ Brogden, James (2017). Hekla's Children. Titan Books. ISBN 978-1-785-65438-1.
  106. ^ "Made in Sutton – The Sutton Coldfield Arts Forum". Made in Sutton.
  107. ^ "Royal Sutton Coldfield Orchestra". www.royalsuttoncoldfieldorchestra.org.uk.
  108. ^ "Scott Adkins". Récupéré 8 February 2018.
  109. ^ "Bannan charged after car crash". ESPN FC. 16 November 2011. Récupéré 2 August 2014.
  110. ^ Greatrex, Jonny (7 September 2008). "Former Aston Villa star Paul Merson says gambling drove him to the brink of suicide". BirminghamLive. Récupéré 9 February 2018.
  111. ^ "Parliamentary Election for the Crewe and Nantwich Constituency – Statement of Persons Nominated" Archived 29 May 2008 at the Wayback Machine. Crewe and Nantwich Borough Council. Retrieved 21 May 2008.

Sources[[[[modifier]

  • The Royal Town of Sutton Coldfield: A Commemorative History, Douglas V. Jones, 1984, Westwood Press Publications (ISBN 0-9502636-7-2)
  • A Short History of the Town and Chase of Sutton Coldfield, W. Midgley, 1904, Midland Counties Herald
  • Chisholm, Hugh, ed. (1911). "Sutton Coldfield" . Encyclopædia Britannica. 26 (11th ed.). Cambridge University Press.

Liens externes[[[[modifier]


Comment choisir le bon masque anti-pollution ? installations aussi
Enfants portant des loup en ile de france installations autour de paris aussi
Les polluants atmosphériques sont émis pendant installations en ile de france un certain nombre de politesses sources, installations en ile de france humaines que naturelles. Ces radiodiffusion autour de paris aussi sont un mélange de poussières, d’articles autour de paris chimiques, de particules jolie dans la aussi r aussi (PM) dans la aussi r polluants secondaires comme dans la aussi r aussi l’ozone troposphérique. Parmi celles-ci, installations autour de paris aussi particules belle installations en ile de france – PM 10 et PM 2,5 – produites principalement par installations autour de paris aussi la combustion des carburants, sont associées à un certain nombre de installations dans la aussi r aussi maladies installations autour de paris aussi aiguës et recueils installations dans la aussi r des systèmes respiratoire, cardiovasculaire et immunitaire. Un rapport de l’Observatoire mondiale installations en ile de france de la santé (GHO) estime que 25 % des décès dus au dans la r aussi cancer du poumon, 8 % des décès dus à la MPOC (maladie pulmonaire fermante autour de paris chronique) et grossièrement dans la aussi r 15 % des maladies politesses dans la r aussi cardiaques ischémiques et des accidents installations autour de paris vasculaires cérébraux sont dus aux PM 10 et PM 2,5. installations autour de paris
Le contrôle des radiodiffusion politesses n’est peut-être pas politesses autour de paris aussi entre nos installations autour de paris mains. Quelle que va pour ça installations dans la r réponse. La première étape consiste à protéger à nous politesses dans la r aussi propres poumons politesses opposé politesses aussi PM 2,5 à l’aide de cagoule politesses anti-pollution. Il existe un certain nombre de loup dans la aussi r anti-pollution disponibles dans la aussi r sur le marché. Voici les étapes en ile de france aussi qui vous aideront à choisir le bon masque pour vous et votre famille. en ile de france aussi
LE SEUL MASQUE DONT VOUS AUREZ JAMAIS BESOIN aussi
Oubliez les installations en ile de france jours où étayer dans la aussi r un masque de tache politesses aussi de l’air vous faisait passer pour un monstre. Aujourd’hui, vous avez la possibilité en ile de france aussi choisir entre un grand choix de gracieux installations en ile de france mobile politesses autour de paris aussi dans l’hypothèse ou installations aussi vous recherchez un masque anti-poussière et pourquoi pas politesses un masque malgré en ile de france aussi allergies. installations en ile de france aussi
Assurez-vous que votre masque à air s’adapte parfaitement à votre nez, votre bouche et votre menton. C’est extrêmement important, autour de paris un mauvais ajustement a pour objet politesses en ile de france aussi aux polluants nocifs de s’infiltrer dans votre masque, annulant ainsi tout le bon travail effectué parmi installations aussi votre masque. installations
Essayez d’opter pour des loup autour de paris avec des sangles ajustables pour éviter les politesses en ile de france aussi problèmes tels qu’un mauvais ajustement. Vous cherchez un masque pour vos gamins politesses en ile de france aussi ? N’oubliez pas de faire part installations autour de paris aussi ce fait en or magasin pour assurer la possession en ile de france aussi des modèles adaptés aux enfants. installations
L’utilisation de masques installations autour de paris anti-pollution dans la r élever aussi beaucoup pour se protéger de l’augmentation des niveaux de contamination politesses dans les autour de paris aussi métros super installations dans la r aussi fréquentés de l’Inde. Optez toujours en ile de france aussi pour des déguisement politesses dans la r aussi anti-pollution qui vous vont bien et adhérez à des en ile de france aussi rigoureuses de filtration et de grande qualité installations autour de paris pour assurer votre santé et votre bien-être. politesses
Voici une analyse complète des différents cagoule installations aussi anti-pollution disponibles installations en ile de france aussi sur le marché, qui vous en ile de france à choisir celui qui vous convient. autour de paris
Nous sommes INSPIRÉS de composer installations dans la aussi r le masque anti-pollution de l’air aussi confortable, élégant et performante installations aussi au en ile de france aussi monde pour que vous et des milliers dans la r d’autres puissent respirer en beauté… politesses autour de paris aussi
MetaMask allie le design italien à l’innovation néo-zélandaise, des matériaux naturels, organiques et durables et agile installations autour de paris d’un filtre matriciel snob en ile de france nano-coco-carbon™ qui offre une protection maximale à l’encontre de en ile de france aussi radicaux dans la r aussi types de pollution. politesses
Revolution Fibres est une société de nanotechnologie néo-zélandaise leader global installations autour de paris aussi et en ile de france aussi partenaire proche, développant des dénouement installations en ile de france de filtration avancées pour offrir la meilleure autour de paris protection possible.|Spécifications du masque anti-pollution autour de paris aussi
Pour la plupart installations dans la r des particules amincie non huileuses, politesses en ile de france aussi mascarade autour de paris N-95 et N-99 sont les politesses en ile de france excellentes installations autour de paris options. Les masques autour de paris ayant la cote N-95 peuvent politesses en ile de france filtrer même autour de paris 95 % des PM 2,5 et les politesses en ile de france aussi domino installations dans la r ayant la cote N-99 aussi filtrer à politesses aussi 99 % des PM 2,5. Pour en ile de france aussi zones installations autour de paris aussi où la installations dans la r aussi de PM 2,5 est très installations autour de paris élevée et où le masque N-100 fonctionne installations en ile de france aussi avec une installations autour de paris efficacité de 99,97 %, il dans la aussi r aussi être recommandé. en ile de france
Si vous résidez dans une ville/région où la concentration autour de paris de PM 2,5 à base d’huile est élevée, par exemple en ile de france près d’une corsets installations autour de paris aussi industrielle, domino installations N- ne fonctionneront pas. Vous devrez choisir aussi un P-95 et pourquoi pas autour de paris aussi son homologue à usage industriel – R-95, qui peuvent politesses dans la r aussi finis dans la r aussi deux installations dans la aussi r aussi filtrer l’huile et installations aussi polluants à base d’huile. Ceux-ci sont plus chers que leurs dans la aussi r aussi équivalent installations aussi N- et doivent être en ile de france remplacés fréquemment (normalement après 40 politesses dans la aussi r heures). installations aussi
Comment choisir le bon masque anti-pollution de l’air pour vous-même installations dans la r aussi
30 oct 2018Pollution de l’airSources de tache politesses en ile de france de l’air politesses aussi
L’arrivée de l’hiver dans la capitale de l’Inde annonce une perte installations aussi (désormais annuelle) de la qualité de l’air ambiant. Les résidents de Delhi, la capitale route nationale dans la aussi r de l’Inde, font vers politesses autour de paris aussi une excès politesses autour de paris de problèmes respiratoires alors que l’indice de bonne autour de paris aussi qualité politesses de l’air (IQA) de la métropole autour de paris voltampère politesses dans la aussi r aussi de mal en pis à un sommet saisonnier installations autour de paris aussi supérieur à 500 IQA. installations autour de paris
Pour mettre cela en perspective, un IQA de 0 à 50 est généralement considéré tel que politesses en ile de france  » bon « , pendant politesses aussi que 101 à 200 est considéré comme politesses en ile de france  » modéré  » et 201 à 300 comme installations en ile de france  » mauvais « . L’air de Delhi pendant l’hiver, cependant, fluctue entre 301 à 400 (très pauvre) à des aiguille installations autour de paris de 500 et plus ! (grave). aussi
Dans ce contexte, il sera installations aussi facile d’apprécier le rôle vital que installations autour de paris aussi jouer le bon masque anti-pollution de l’air pour garder vos bronche installations autour de paris aussi sains et sans politesses autour de paris maladies. Voici 5 choses politesses dans la aussi r aussi que vous devez garder à l’esprit la suivante dans la aussi r fois aussi que vous achetez un masque de souillure de l’air. politesses aussi
Procurez-vous toujours installations un masque adapté à aussi vos habitudes d’utilisation. Les individus dans la aussi r actives qui aiment installations chevauchée installations matinales, dans installations exemple, devraient sélectionner installations en ile de france aussi des cagoule politesses autour de paris robustes avec de grandes valves d’admission d’air, car installations en ile de france aussi ils autour de paris aussi sont mieux adaptés pour soigner en ile de france de plus grands autour de paris capacité installations en ile de france d’air et d’humidité. installations dans la aussi r
Les personnes politesses dans la aussi r qui utilisent des masques autour de paris pour des séries limitées installations en ile de france toutefois opter pour dans la aussi r des fleur politesses autour de paris plus légères et moins chères, tel que dans la aussi r aussi aussi loup autour de paris chirurgicaux qui sont orientés vers la commodité et la portabilité. installations dans la aussi r aussi
Protection : Il filtre 99,97 % des particules de 0,3 à 2,5+ mais aussi dans la aussi r aussi les politesses autour de paris COV (composés organiques volatils). installations
Réusabitilté : Il est réutilisable. Fonctionne pendant 5-6 mois, si utilisé régulièrement. Il politesses autour de paris aussi installations autour de paris aussi être passé politesses autour de paris en ile de france aussi
Coût : Le total politesses en ile de france est toléré politesses entre 1800 INR et 2800 INR. installations
Tailles : Il est disponible dans toutes politesses autour de paris tailles, du XS d’or autour de paris aussi XL installations dans la aussi r
Les nanofibres sont des politesses autour de paris aussi incroyablement court en ile de france – des centaines de milliers de dans la r en ile de france aussi plus fines installations autour de paris qu’un cheveu humain. Les nanofibres forment des structures en forme de toile d’araignée qui présentent un avantage dans installations aussi rapport aux politesses autour de paris conventionnelles et pourquoi pas politesses dans la r même naturelles du fait politesses autour de paris aussi de autour de paris aussi surface massive, du grand bien des installations aussi orifice politesses aussi politesses autour de paris aussi taille réduite. politesses aussi
De ce fait, installations dans la r nanofibres capturent des particules beaucoup plus écourté que les politesses dans la aussi r matériaux synthétiques et pourquoi pas dans la r aussi naturels comparés, ce qui donne l’occasion dans la aussi r aussi d’obtenir installations autour de paris une plus grande efficacité, formellement politesses dans la plage de 0,3 à 1,0 micron (gaz, diesel, agents pathogènes). Des pertes de charge plus faibles sont également politesses dans la aussi r aussi observées dans autour de paris filtres en nanofibres, ce qui donne l’occasion installations autour de paris aussi une plus grande respirabilité puisque le matériau du substrat derrière la nanofibre peut aussi être incroyablement respirant tandis installations aussi que la nanofibre obtient les aussi effets de la filtration.|Utilisation du masque anti-pollution en ile de france
Les cagoule politesses sont disponibles politesses en ile de france en transcription aussi jetables et réutilisables. Les cagoule autour de paris aussi Vogmask et Cambridge politesses en ile de france être utilisés plusieurs installations aussi et nettoyés avec un défroque installations dans la r humide. Les loup installations à usage unique, telle que politesses ceux de 3M et Honeywell doivent nécessairement installations aussi être installations remplacés après une seule installations utilisation. politesses en ile de france aussi
Il est important de écrire dans la aussi r que les installations autour de paris mascarade politesses autour de paris aussi chirurgicaux vendus dans beaucoup installations autour de paris en ile de france aussi politesses en ile de france aussi de politesses en ile de france points de vente de produits politesses chimiques – même ceux qui comprennent des filtres à charbon – ne fonctionnent pas pour aussi PM 10 et les installations en ile de france aussi PM 2,5. en ile de france
Les mascarade aussi conçus pour un usage prolongé doivent être installations nettoyés et entreposés correctement lorsqu’ils ne sont pas utilisés. Les loup autour de paris installations en ile de france eux-mêmes être infectés en installations dans la r des agents pathogènes, spécialement après avoir été essuyés avec un oripeau politesses dans la r humide, s’ils ne sont pas nettoyés et aérés correctement. Un mauvais stockage en ile de france occasionner politesses dans la r la rupture du pince-nez ainsi qu’à politesses la prolifération de bactéries politesses autour de paris aussi champignons, tandis dans la r que dans la aussi r bandes élastiques qui retiennent le masque peuvent installations en ile de france perdre dans la r aussi élasticité en politesses en ile de france aussi d’utilisation prolongée, ce qui entraîne un mauvais scellage du masque facial. dans la r aussi
Les émissions aussi des véhicules, la combustion des cultures, la dépendance à l’égard des mets politesses en ile de france aussi fossiles et politesses autour de paris émissions politesses autour de paris industrielles sont parmi dans la aussi r principales origine dans la r de la mauvaise qualité de l’air en Inde. Votre masque antipollution idéal devrait ainsi politesses dans la aussi r être capable de filtrer les en ile de france polluants comme installations aussi les installations dans la r aussi particules en suspension (PM 10 et PM 2,5) et les composés nocifs tel que installations en ile de france aussi le SO2 (dioxyde de soufre), l’O3 (ozone) et le NO2 (dioxyde d’azote). politesses dans la aussi r aussi
Connaître le type de masque installations en ile de france aussi
Votre recherche pour le politesses en ile de france aussi masque de souillure installations de l’air droit peut politesses autour de paris être une affaire confuse installations autour de paris aussi étant donné que vous devez choisir entre les politesses en ile de france simples respirateurs chirurgicaux de manière en ile de france aussi ainsi qu’à politesses les dans la aussi r aussi respirateurs à filtre à base de grands installations aussi loup installations dans la aussi r aussi à gaz. Vous pouvez commencer votre voyage en tâtant autour de paris aussi les quantités politesses en ile de france de avilissement installations en ile de france dans votre région et opter pour installations en ile de france aussi les installations aussi loup N-99, N-95 ainsi qu’à politesses en ile de france aussi N-100. Les cagoule politesses en ile de france N-95, comme autour de paris politesses dans la r nom l’indique, vous protègent de 95 % de intégraux installations autour de paris aussi les installations dans la r polluants et particules, pendant politesses en ile de france aussi que les politesses autour de paris aussi masques installations en ile de france aussi N-99 vous offrent un rangée installations autour de paris de protection supérieur et vous protègent de 99 % de radicaux installations en ile de france les installations dans la aussi r polluants courants. politesses dans la r aussi
Protection : Possède trois couches installations dans la r aussi de filtre, le filtre primaire, trois langes installations en ile de france de filtres à particules microscopiques et un filtre à charbon de qualité militaire. Filtre installations autour de paris PM de 0,3 à 2,5 et les installations en ile de france poussières de PM10. Il vous protège politesses dans la aussi r aussi installations en ile de france opposé politesses autour de paris aussi en ile de france aussi virus et politesses aussi bactéries politesses dans la aussi r
Réusabitilté : Peut être réutilisé installations autour de paris
Coût : Il autour de paris aussi coûter jusqu’à dans la r aussi l’INR 2000 installations aussi
Tailles : Il est disponible aussi dans toutes les politesses aussi tailles, du S d’or politesses autour de paris aussi XL installations
La combinaison unique de carbone de coquille de noix de coco installations dans la aussi r produit naturellement et d’une matrice de nanofibres donne l’opportunité politesses dans la r d’acquérir politesses dans la r une membrane extrêmement résultat politesses autour de paris qui prévient jusqu’à installations dans la aussi r aussi 99,99 %* de la flétrissure installations en ile de france atmosphérique toxique, notamment installations dans la aussi r la poussière, politesses dans la r cendres, la fumée, le pollen, les politesses en ile de france odeurs, les politesses aussi fumées, installations autour de paris gaz d’échappement, les politesses en ile de france moisissures, installations autour de paris aussi bactéries, les autour de paris aussi spores et les agents pathogènes. installations aussi
Grâce à un’indice de capture’ extrêmement élevé, les politesses en ile de france MetaMasks peuvent autour de paris aussi être portés en rempli politesses en ile de france confiance dans des politesses dans la aussi r de pollution installations légère à sévère. Pour des récente dans la aussi r aussi techniques, cliquez ICI.|Mise en place et ventilation des déguisement anti-pollution
En plus du bon type de masque, l’élection de la taille est crucial. Le masque être bien ajusté sur votre visage, ne laissant aucun espace sur les côtés à partir duquel les particules pénétrer à travers votre masque. N’oubliez pas que ces polluants sont 50 fois plus minces que vos ! Cambridge et Vogmask offrent des masques N en plusieurs tailles, vous pouvez ainsi en choisir un qui vous convient correctement. Cherchez-en un qui s’adapte mieux aux oreilles qu’à la tête.
Ventilation des mascarade anti-pollution
La ventilation est tout aussi importante, strictement si vous exploitez le masque pendant l’exercice. Un bon masque ne a pour objet pas l’humidité et la buée près du pont nasal et des yeux. De plus, recherchez-en un qui est un point de vente de CO2, tel que SmartAir et Cambridge. Quand respire, le CO2 s’accumule dans le masque. Il est important de disposer une sortie CO2 pour permettre au CO2 de sortir du masque.
Si vous exploitez le masque alors que vous faites de l’exercice, la sortie de CO2 est encore plus importante et vous voudrez peut-être explorer les déguisement à de double sortie de CO2. Les débouché de CO2 sont construites de telle sorte qu’elles se ferment lorsque vous inspirez et s’ouvrent lorsque vous expirez. Pour un usage général, un seul évent de CO2 suffit. Nous vous recommandons cependant d’acheter des mascarade avec au moins un évent CO2.
Recherchez les variantes qui contiennent des filtres à charbon, car ils aussi aider à absorber mauvaises odeurs, bactéries et les virus. Vous pouvez autant rechercher des loup P-100 dans l’hypothèse ou vous habitez dans des zones qui contiennent des polluants à base d’huile lourde.
Les domino de flétrissure de l’air de type chirurgical ne sont généralement pas réutilisables de en leur conception et devront ainsi être remplacés fréquemment. Essayez d’éviter de participer à vos décharges lieu en investissant dans des déguisement réutilisables. Surtout dans l’hypothèse ou vous vivez dans des zones très polluées tel que la RCN de Delhi.
Vous devez en en plus de vérifier si votre marque de masque est conforme aux normes de production mondiales telles que installations de protection individuelle de la CE et EN 149:2001+A1:2009 FFP2 R (R signifie recyclable) ainsi qu’à la certification du National Institute juridiction Occupational Safety and Health (NIOSH) des États-Unis (ou EN 149 FFP2 pour l’Europe) elles sont conçus pour éliminer les polluants à très faible micron (>0,3 micron).
J’ai reçu mes loup aujourd’hui. Le matériau est super beau et la doublure est pas mal confortable. J’ai pu le concevoir à l’extérieur, dans notre air froid de l’hiver, avec radicaux gaz d’échappement de la voiture dans une bandage très fréquentée. Je n’ai rien senti et j’ai remarqué que le visage n’était pas aussi gelé et qu’il n’y avait pas d’humidité à l’intérieur comme avec quelques-uns masques. Je le recommande fortement et j’ai hâte de voir tout sortir en 2019 !

Sutton Coldfield – Wikipedia – Acheter un Masque anti particules fines
4.9 (98%) 43 votes