Oulan-Bator – Wikipedia – Trouver un Masque vélo anti pollution

Municipalité en Mongolie

Ulaanbaatar, anciennement anglicisée Ulan Bator (Mongol: Улаанбаатар, [ʊɮɑːm.bɑːtʰɑ̆r], littéralement "héros rouge"), est la capitale et la plus grande ville de la Mongolie. La ville ne fait partie d'aucun aimag (province) et sa population à partir de 2014 était plus de 1,3 million, soit près de la moitié de la population totale du pays.[1] Située dans le centre-nord de la Mongolie, la municipalité se situe à une altitude d’environ 1 300 mètres dans une vallée sur la rivière Tuul. C'est le cœur culturel, industriel et financier du pays, le centre du réseau routier mongol et relié par chemin de fer au chemin de fer transsibérien en Russie et au système ferroviaire chinois.[3]

La ville a été fondée en 1639 en tant que centre monastique bouddhiste nomade. Il s'installa en permanence à son emplacement actuel, à la jonction des rivières Tuul et Selbe, en 1778. Avant cette occasion, il changea d'emplacement vingt-huit fois, chaque nouvel emplacement étant choisi cérémonialement. Au vingtième siècle, Oulan-Bator est devenu un centre de fabrication majeur.[3] Oulan-Bator est membre du Réseau asiatique des grandes villes 21. Le site officiel de la ville répertorie Moscou, Hohhot, Séoul, Sapporo et Denver en tant que villes jumelles.

Noms et étymologie

Oulan-Bator a reçu de nombreux noms au cours de son histoire. Avant 1911, noms officiels inclus Nomiĭn Khüree (Mongol: ᠨᠣᠮ; Номын хүрээ) et Ikh Khüree (ᠬᠦᠷᠢᠶᠡᠨ; Их Хүрээ; lit. "Grande colonie"). On l'appelle Bogdiin Khuree (Огдын Хүрээ, Bogdiĭn Khüree"Monastère du Grand Saint Khan") dans la chanson folklorique "Eloge de Bogdiin Khuree". D'autres noms étaient Da Khüree (Да Хүрээ, , "génial"), ou simplement Khüree (; Хүрээ). L'équivalent chinois, Dà Kùlún (大 庫倫), a été traduit en langues occidentales sous la forme "Kulun" ou "Kuren". Dans les langues occidentales, la ville à cette époque était le plus souvent appelée Urga (de mongol: Le; Өргөө, Örgöö"Palais").[4]

À l'indépendance, en 1911, en présence du gouvernement laïc et du palais de Bogd Khan, le nom de la ville est changé pour Niĭslel Khüree (ᠬᠦᠷᠢᠶᠡᠨ; Нийслэл Хүрээ, "Camp de la capitale").

Lorsque la ville devint la capitale de la nouvelle République populaire mongole en 1924, son nom fut changé pour Oulan-Bator (лаанбаатар, Ulaanbaatar, mongol classique Ulaganbagatur, littéralement "héros rouge"). Lors de la session du premier grand Khuraldaan mongol de Mongolie en 1924, une majorité de délégués exprima le souhait de changer le nom de la capitale en Baatar Khot ("Hero City"). Cependant, sous la pression de Turar Ryskulov, un militant soviétique de l'Internationale communiste, la ville fut nommée Oulan-Bator Khot ("Ville du héros rouge").[5]

En Europe et en Amérique du Nord, Oulan-Bator a continué à être connu sous le nom d’Urga ou de Khure jusqu’en 1924, puis d’Oulan Bator (orthographe tirée de Улан-Батор, Ulan Bator). L'orthographe russe ("Улан-Батор") est l'équivalent phonétique russe du nom mongol, conformément aux conventions orthographiques russes. Cette forme a été définie deux décennies avant que le nom mongol reçoive l'orthographe actuelle de l'écriture cyrillique et la translittération "Oulan-Bator" (1941-1950); cependant, le nom de la ville a été orthographié Koto d'Ulaanbaatar pendant la décennie au cours de laquelle la Mongolie a utilisé l'alphabet latin. Aujourd'hui, les anglophones se réfèrent parfois à la ville sous le nom de UB.

L'histoire

Préhistoire

L'habitation humaine sur le site d'Oulan-Bator date du Paléolithique inférieur, avec plusieurs sites dans les montagnes de Bogd Khan, Buyant-Ukhaa et Songinokhairkhan, révélant des outils qui datent d'il y a 300 000 ans à 40 000 à 12 000 ans. Ce peuple du Paléolithique supérieur a chassé des rhinocéros mammouth et laineux, dont les os se trouvent en abondance autour d'Oulan-Bator.[[[[citation requise]

Avant 1639

Vestiges du palais du XIIe siècle de Wang Khan à Oulan-Bator

Un certain nombre de tombes royales de l'ère Xiongnu ont été découvertes autour d'Oulan-Bator, notamment celles de la gorge de Belkh, près du monastère de Dambadarjaalin, et des tombes de Songinokhairkhan. Située sur les rives de la rivière Tuul, Oulan-Bator a toujours fait partie de la sphère des empires nomades turco-mongols.

Wang Khan, Toghrul of the Keraites, un monarque chrétien nestorien que Marco Polo a identifié comme étant le légendaire Prester John, aurait son palais ici (la Forêt Noire de la rivière Tuul) et interdirait la chasse dans la montagne sacrée Bogd Uul. Le palais serait le lieu où Gengis Khan séjourna à Yesui Khatun avant d'attaquer le Tangut en 1226.[[[[citation requise]

Monastère mobile

Fondé en 1639 comme un monastère de yourte, Ulaanbaatar, à l'origine Örgöö (yourte-palais), a d'abord été localisée au lac Shireet Tsagaan nuur (75 kilomètres directement à l'est de la capitale impériale Karakorum) dans l'actuelle Burd sum, Övörkhangai, à environ 230 kilomètres au sud-ouest de la site actuel d'Oulan-Bator et était destiné par les nobles mongols à être le siège de Zanabazar, le premier Jebtsundamba Khutughtu. Zanabazar est revenu du Tibet en Mongolie en 1651 et a fondé sept aimag (départements monastiques) à Urga, en établissant plus tard quatre autres.[[[[citation requise]

En tant que ville monastère mobile, elle a souvent été déplacée à divers endroits le long des fleuves Selenge, Orkhon et Tuul, en fonction de la demande et des besoins. Au cours des guerres Dzungar de la fin du 17ème siècle, il a même été déplacé en Mongolie intérieure.[6] Au fur et à mesure que la ville grandissait, elle bougeait de moins en moins.[7]

Les mouvements de la ville peuvent être détaillés comme suit: Shireet Tsagaan Nuur (1639), Khoshoo Tsaidam (1640), Monts Khentii (1654), Ogoomor (1688), Mongolie intérieure (1690), Tsetserlegiin Erdene Tolgoi (1700), Daagandel ( 1719), Usan Seer (1720), Ikh Tamir (1722), Jargalant (1723), Eeven Gol (1724), Khujirtbulan (1729), Burgaltai (1730), Sognogor (1732), Terelj (1733), Uliastai River (1734) ), Khui Mandal (1736), Khuntsal (1740), Udleg (1742), Ogoomor (1743), Selbe (1747), Rivière Uliastai (1756), Selbe (1762), Khui Mandal (1772) et Selbe (1778).[[[[citation requise]

En 1778, la ville quitta Khui Mandal et s'installa définitivement à son emplacement actuel, près du confluent des rivières Selbe et Tuul, et sous Bogd Khan Uul, à cette époque également sur la route des caravanes reliant Pékin à Kyakhta.[8]

Une des premières mentions occidentales d’Urga est le récit du voyageur écossais John Bell en 1721:

Ce qu’ils appellent l’Urga est la cour ou l’endroit où résident le prince (Tusheet Khan) et le grand prêtre (Bogd Jebtsundamba Khutugtu), toujours campés à peu de distance l’une de l’autre. Ils ont plusieurs milliers de tentes, qui sont enlevées de temps en temps. L’Urga est très fréquenté par les marchands de Chine, de Russie et d’autres lieux.[9]

À la mort de Zanabazar en 1723, Urga était le monastère par excellence de la Mongolie en termes d'autorité religieuse. Un conseil de sept des lamas les plus haut gradés (Khamba Nomon Khan, Ded Khamba et cinq Tsorj) a pris la plupart des décisions religieuses de la ville. Il était également devenu le centre commercial de la Mongolie extérieure. De 1733 à 1778, Urga s'installa à proximité de son emplacement actuel. En 1754, le Erdene Shanzodba Yam ^ de Urga a été autorisé à superviser les affaires administratives des sujets de Bogd. Il a également servi de tribunal judiciaire en chef de la ville. En 1758, l'empereur Qianlong désigna le vice-général Khalkha Sanzaidorj comme le premier Amban mongol d'Urga ayant le pouvoir de "superviser la Khuree et de bien gérer tous les sujets de la Khutugtu".[10]

En 1761, un deuxième Amban fut nommé pour le même but, un Manchou. Un quart de siècle plus tard, en 1786, un décret publié à Pékin donna aux ambassadeurs Urga le droit de décider des affaires administratives des territoires de Tusheet Khan et de Setsen Khan. Avec cela, Urga est devenu la plus haute autorité civile du pays. Sur la base de la requête du gouverneur mongol Sanzaidorj d'Urga, l'empereur Qianlong a officiellement reconnu une cérémonie annuelle sur la montagne Bogd Khan en 1778 et a fourni les dons annuels impériaux. La ville était le siège de Jebtsundamba Khutugtus, deux ambans Qing, et une ville commerçante chinoise a vu croître "quatre arbres", soit 4,24 km à l'est du centre-ville, au confluent des fleuves Uliastai et Tuul.[[[[citation requise]

Détail de la peinture du XIXe siècle sur Urga (Oulan-Bator): au centre, le temple carré mobile de Bat Tsagaan, construit en 1654, à côté de nombreux autres temples

En 1778, Urga aurait peut-être eu jusqu'à dix mille moines, régis par une règle monastique, le régime interne du grand monastère ou Yeke Kuriyen-u Doto'adu Durem. Par exemple, en 1797, un décret du 4ème Jebtsundamba interdit de "chanter, jouer avec le tir à l'arc, le myagman, les échecs, l'usure et fumer"). Les exécutions étaient interdites là où l'on pouvait voir les temples sacrés du Bogd Jebtsundama. La peine capitale a donc été infligée loin de la ville.[[[[citation requise]

En 1839, le 5ème Bogd Jebtsundamba a déménagé sa résidence sur la colline de Gandan, une position surélevée à l'ouest des marchés de Baruun Damnuurchin. Une partie de la ville a été déplacée à Tolgoit, à proximité. En 1855, la partie du camp déplacée à Tolgoit fut ramenée à son emplacement de 1778 et le 7ème Bogd Jebtsundamba retourna à Zuun Khuree. Le monastère de Gandan a prospéré en tant que centre d'études philosophiques.[[[[citation requise]

Le consulat russe d'Urga (Oulan-Bator) et l'église Holy Trinity, construits en 1863

Urga et le commerce de Kyakhta

À la suite du traité de Kyakhta en 1727, Urga (Oulan-Bator) constituait un point important du commerce entre la Russie et la Chine, principalement des fourrures de Sibérie pour la fabrication de draps chinois et, plus tard, de thé. La route allait au sud jusqu'à Urga, au sud-est en traversant le désert de Gobi jusqu'à Kalgan et au sud-est en traversant les montagnes jusqu'à Pékin. Urga était également un point de collecte pour les marchandises venant de l'ouest. Ceux-ci ont été envoyés soit en Chine, soit au nord en Russie via Kyakhta, en raison de restrictions légales et du manque de bonnes routes commerciales vers l'ouest.[[[[citation requise]

En 1908,[11] il y avait un quartier russe avec quelques centaines de marchands, un club russe et un maire russe informel. À l'est de la ville principale, le consulat de Russie a été construit en 1863 avec une église orthodoxe, un bureau de poste et 20 gardes cosaques. Il fut fortifié en 1900 et brièvement occupé par des troupes lors de la rébellion des Boxers. Il y avait une ligne télégraphique au nord de Kyakhta et au sud-est de Kalgan, ainsi qu'un service postal hebdomadaire le long de ces routes.[[[[citation requise]

Au-delà du consulat russe se trouvait le comptoir chinois Maimaicheng et à proximité du palais du vice-roi des Mandchous. Avec la croissance du commerce occidental dans les ports chinois, le commerce de thé en Russie a diminué, certains marchands chinois sont partis et la laine est devenue le principal produit d'exportation. Les produits manufacturés venaient toujours de Russie, mais la plupart d'entre eux venaient maintenant de Kalgan par caravane. Le commerce annuel était estimé à 25 millions de roubles, dont neuf dixièmes entre des mains chinoises et un dixième en russe.[[[[citation requise]

Gravure de la photo panoramique de N.A.Charushin du vieux centre d'Urga d'après le voyage (1888) avec Potanin

Un panorama de 1913 d'Urga. Le grand complexe circulaire au milieu est le complexe temple-palais de Zuun Khuree. Le complexe du temple de Gandan est à gauche. Les palais du Bogd sont au sud de la rivière. Le district de Maimaicheng se trouve tout en bas à droite du tableau. À sa gauche se trouvent les bâtiments blancs du consulat russe. Le monastère de Manjusri est visible sur le mont Bogd Khan Uul en bas à droite du tableau.

Indépendance et époque socialiste

Sānduō (chinois: 三多), d'origine mongole, était le 62ème et dernier Qing Amban (1910-1911) d'Urga.

L'expédition commerciale moscovite des années 1910 estimait la population d'Urga à 60 000 personnes, d'après l'étude de Nikolay Przhevalsky dans les années 1870.[12]

La population de la ville a grossi pendant la fête du Naadam et les principales fêtes religieuses jusqu'à plus de 100 000. En 1919, le nombre de moines avait atteint 20 000, contre 13 000 en 1810.[12]

En 1910, le amban Sando est allé réprimer une importante bataille entre les lamas de Gandan et des commerçants chinois déclenchée par un incident survenu dans la boutique Da Yi Yu du quartier des marchés de Baruun Damnuurchin. Il n'a pas pu maîtriser les lamas et a dû regagner son domicile. En 1911, alors que la dynastie Qing en Chine se préparait à un effondrement total, les dirigeants mongols d'Ikh Khüree pour Naadam se réunirent en secret sur le mont Bogd Khan Uul et décidèrent de mettre fin à 220 ans de contrôle des Manchous sur leur pays.[[[[citation requise]

Le 29 décembre 1911, le 8ème Jeptsundamba Khutughtu est déclaré dirigeant d'une Mongolie indépendante et prend le titre de Bogd Khan.[7] Khüree comme siège du Jebtsundamba Khutugtu était le choix logique pour la capitale du nouvel État. Cependant, dans l'accord tripartite Kyakhta de 1915 (entre la Russie, la Chine et la Mongolie), le statut de la Mongolie a été modifié pour devenir une simple autonomie.[[[[citation requise]

En 1919, les nobles mongols, sur l'opposition du Bogd Khan, s'accordèrent avec le résident chinois Chen Yi pour un règlement de la "question mongole" sur le modèle de l'ère Qing, mais avant que ce règlement ne puisse être mis en oeuvre, Khüree fut occupé par les troupes du seigneur de guerre chinois Xu Shuzheng, qui ont forcé les nobles et le clergé mongols à renoncer complètement à l'autonomie.[[[[citation requise]

Photo couleur 1913 du monastère de Gandan

La ville changea deux fois de mains en 1921. Premièrement, le 4 février, une force mixte russo-mongole dirigée par le seigneur de guerre russe, Roman von Ungern-Sternberg, s'empara de la ville, libérant le Bogd Khan de l'emprisonnement chinois et tuant une partie de la garnison chinoise. La capture d'Urga par le baron Ungern a été suivie par l'élimination de petits groupes de soldats chinois démoralisés en Mongolie et, parallèlement, par le pillage et l'assassinat d'étrangers, y compris un pogrom vicieux qui a tué la communauté juive.[13][14][15]

Le 22 février 1921, le Bogd Khan élève à nouveau le Grand Khan de Mongolie à Urga.[16] Cependant, au moment même où le baron Ungern prenait le contrôle d'Urga, une force mongole communiste soutenue par l'URSS, dirigée par Damdin Sükhbaatar, se formait en Russie et traversait la frontière en mars. Ungern et ses hommes sont partis en mai pour rencontrer les troupes russes et mongoles, mais ont subi une défaite catastrophique en juin.[17]

En juillet 1921, l'armée communiste soviéto-mongole devint la deuxième force conquérante en six mois à entrer dans Urga. La Mongolie est passée sous le contrôle de la Russie soviétique. Le 29 octobre 1924, sur l'avis de T.R., la ville est rebaptisée Ulaanbaatar ("héros rouge" mongol). Ryskulov, le représentant soviétique en Mongolie.[[[[citation requise]

Marché en plein air près de la colline de Gandan en 1972; State Department Store en arrière-plan

Les espaces verts ont été étendus dans le centre-ville pendant l'ère communiste.

Au cours de la période socialiste, en particulier après la Seconde Guerre mondiale, la plupart des vieux quartiers de Gers ont été remplacés par des immeubles de type soviétique, souvent financés par l'Union soviétique. L’urbanisme a débuté dans les années 50 et la majeure partie de la ville est le résultat de travaux de construction entre 1960 et 1985.[18]

Le chemin de fer transmongolien, reliant Oulan-Bator à Moscou et à Beijing, a été achevé en 1956 et des cinémas, théâtres, musées, etc. ont été érigés. Par ailleurs, la plupart des temples et monastères du pré-socialiste Khüree ont été détruits à la suite des purges anti-religieuses de la fin des années trente. Le monastère de Gandan a été rouvert en 1944 lorsque le vice-président américain Henry Wallace a demandé à voir un monastère lors de sa visite en Mongolie.[[[[citation requise]

Manifestations démocratiques de 1989–1990

Les manifestations qui ont mené à la transition de la Mongolie vers la démocratie et l'économie de marché en 1990 ont eu lieu à Oulan-Bator. Le 10 décembre 1989, des manifestants devant le Centre de la culture pour la jeunesse ont appelé la Mongolie à appliquer pleinement la perestroïka et la glasnost. Les dirigeants dissidents ont réclamé des élections libres et une réforme économique. Le 14 janvier 1990, les manifestants, qui étaient passés de deux cents à plus de mille, se sont rencontrés au musée Lénine à Oulan-Bator. Une manifestation s'est déroulée sur la place Sükhbaatar le 21 janvier. Ensuite, des manifestations de week-end en janvier et février ont eu lieu, accompagnées de la formation des premiers partis d'opposition en Mongolie.[[[[citation requise]

Le 7 mars, dix dissidents se sont rassemblés sur la place Sükhbaatar et ont entamé une grève de la faim. Des milliers de supporters se sont joints à eux. D'autres arrivèrent le lendemain et la foule devint plus indisciplinée. 71 personnes ont été blessées, dont une mortellement. Le 9 mars, le gouvernement du Parti révolutionnaire du peuple mongol communiste (MPRP) a démissionné. Le gouvernement provisoire a annoncé les premières élections libres en Mongolie, qui se sont tenues en juillet. Le MPRP a remporté les élections et repris le pouvoir.[19]

Depuis 1990

Depuis la transition de la Mongolie vers une économie de marché en 1990, la ville a connu une nouvelle croissance, en particulier dans les districts de Ger, alors que la construction de nouveaux immeubles s’est pratiquement arrêtée dans les années 90. La population a plus que doublé pour atteindre plus d'un million d'habitants. Cela pose un certain nombre de problèmes sociaux, environnementaux et de transport. Ces dernières années, la construction de nouveaux bâtiments a pris un nouvel élan, en particulier dans le centre-ville, et les prix des appartements ont monté en flèche.[[[[citation requise]

En 2008, Oulan-Bator a été le théâtre d'émeutes après la contestation par le parti de la volonté civique mongole et des partis républicains de la victoire du Parti révolutionnaire du peuple mongol aux élections législatives. Un état d'urgence de quatre jours a été déclaré, la capitale est soumise à un couvre-feu de 22h00 à 8h00 et les ventes d'alcool sont interdites.[20] suite à ces mesures, les émeutes n'ont pas repris.[21] Ce fut la première émeute meurtrière dans l'histoire d'Oulan-Bator moderne.

En avril 2013, Oulan-Bator a accueilli la 7ème Conférence ministérielle de la Communauté de démocraties et a également donné son nom au Dialogue d'Oulan-Bator sur la sécurité en Asie du Nord-Est. Depuis le 7 juillet 2016, Sunduin Batbold est maire d'Oulan-Bator et gouverneur de la capitale.[22] (Parti populaire mongol).

Géographie et climat

Oulan-Bator vue de la colline du Zaisan

Oulan-Bator est situé à environ 1 350 mètres au-dessus du niveau moyen de la mer, légèrement à l'est du centre de la Mongolie, sur la rivière Tuul, un sous-affluent du Selenge, dans une vallée au pied de la montagne Bogd Khan Uul. Bogd Khan Uul est une vaste montagne très boisée qui culmine à 2 250 mètres au sud d’Oulan-Bator. Il constitue la limite entre la zone de steppe au sud et la zone forêt-steppe au nord.

C'est également l'une des plus anciennes réserves du monde, protégée par la loi depuis le 18ème siècle. Les forêts des montagnes entourant Oulan-Bator sont composées de pins à feuilles persistantes, de mélèzes et de bouleaux à feuilles caduques, tandis que la forêt riveraine de la rivière Tuul est composée de peupliers à feuilles larges, de peupliers, d'ormes et de saules. Ulaanbaatar est situé à peu près à la même latitude que Vienne, Munich, Orléans et Seattle. Il se situe à peu près à la même longitude que Chongqing, Hanoi et Jakarta.[[[[citation requise]

En raison de son altitude élevée, de sa latitude relativement élevée, de son emplacement à des centaines de kilomètres de toutes les côtes et des effets de l’anticyclone sibérien, Oulan-Bator est la capitale nationale la plus froide au monde,[23] climat semi-aride froid et influencé par la mousson (Köppen BSk, Zone de rusticité des plantes USDA 3b[24]) qui frôle le climat subarctique (Dwc) et un climat continental chaud et humide en été (Dwb).[[[[citation requise]

La ville se caractérise par des étés courts et chauds et des hivers longs, extrêmement froids et secs. Les températures les plus froides de janvier, généralement juste avant le lever du soleil, sont comprises entre -36 et -40 ° C (-32,8 et -40,0 ° F) sans vent, en raison de l'inversion de température. La plupart des précipitations annuelles de 267 millimètres (10,51 in) ont lieu de mai à septembre. Les précipitations les plus élevées enregistrées dans la ville étaient de 659 millimètres ou 25,94 pouces à l'observatoire astronomique de Khureltogoot sur le mont Bogd Khan Uul. Ulaanbaatar a une température annuelle moyenne de -0,4 ° C ou 31,3 ° F,[25] ce qui en fait la capitale la plus froide du monde (aussi froide que Nuuk, mais le Groenland n'est pas indépendant). Nuuk a un climat de toundra avec des températures froides constantes toute l'année. La moyenne annuelle d'Oulan-Bator est réduite par les températures hivernales froides alors qu'il fait nettement chaud de fin avril à début octobre.

La ville se situe dans la zone de pergélisol discontinu, ce qui signifie que la construction est difficile dans les aspects abrités qui empêchent le dégel en été, mais plus facile pour ceux qui sont plus exposés et dont le sol dégèle complètement. Les habitants des banlieues vivent dans des yourtes traditionnelles qui ne font pas saillie dans le sol.[26] Les températures extrêmes dans la ville varient de −42,2 ° C en janvier et février 1957 à 39,0 ° C en juillet 1988.[27]

Les panoramas

Administration et subdivisions

Carte des districts d'Oulan-Bator

Oulan-Bator est divisé en neuf districts (Düüregs): Baganuur, Bagakhangai, Bayangol, Bayanzürkh, Chingeltei, Khan-Uul, Nalaikh, Songino Khairkhan et Sükhbaatar. Chaque district est subdivisé en khoroos, il y en a 121.

La capitale est gouvernée par un conseil municipal (le représentant des citoyens) composé de quarante membres, élus tous les quatre ans. Le conseil municipal nomme le maire. Lorsque son prédécesseur est devenu Premier ministre en janvier 2006, l'ancien directeur municipal Gombosuren Monkhbayar a été élu maire. Oulan-Bator est gouvernée comme une région indépendante de premier niveau, distincte de la région environnante de Töv Aimag.

La ville se compose d'un quartier central construit dans une architecture de style soviétique des années 1940 et 1950, entouré de blocs de tours résidentiels en béton et de grands quartiers de gers. Ces dernières années, bon nombre des rez-de-chaussée des tours ont été modifiés et transformés en petits magasins, et de nombreux nouveaux bâtiments ont été construits, certains illégalement, certaines entreprises privées érigeant des bâtiments sans permis / licences légaux dans des lieux interdits.

Économie

En tant que principal centre industriel de la Mongolie, Oulan-Bator produit divers biens de consommation [29] et est responsable d'environ deux tiers du produit intérieur brut (PIB) total de la Mongolie.[30]

La transition vers une économie de marché en 1990, qui a entraîné une évolution vers des industries de services représentant 43% du PIB de la ville, ainsi qu'une urbanisation et une croissance démographique rapides, ont jusqu'à présent été corrélées à une augmentation du PIB.[31]

L’exploitation minière est le deuxième contributeur au PIB d’Oulan-Bator avec 25%. Au nord de la ville se trouvent plusieurs mines d’or, y compris la mine d’or Boroo, et les investissements étrangers dans ce secteur ont permis la croissance et le développement. Cependant, compte tenu de la baisse sensible du PIB enregistrée lors de la crise financière de 2008, la demande d'exportation de produits miniers ayant chuté,[31] il y a eu un mouvement de diversification de l'économie.[30]

Repères

Les guides touristiques traditionnels recommandent généralement le monastère de Gandantegchinlen [32] avec la grande statue de Janraisig, le complexe de monuments socialistes du mémorial de Zaisan avec sa vue magnifique sur la ville, le palais d'hiver du Bogd Khan, la place Sükhbaatar et le temple de Choijin Lama à proximité.[33]

La ville abrite également de nombreux musées, dont le Musée national de Mongolie et le Musée des beaux-arts de Zanabazar. Le parc national de Gorkhi-Terelj, les ruines du monastère de Manzushir sur le flanc sud de Bogd Khan Uul et la statue équestre de Gengis Khan sont des destinations prisées.

Les quartiers commerçants importants comprennent le 3ème boulevard du Microdistrict (simplement appelé Khoroolol ou "le District"), Peace Avenue autour du State Department Store (simplement appelé Ikh Delguur ou "Great Store") et le quartier "Black Market" de Narantuul (simplement appelé Zakh ou "le marché").

Ulaanbaatar compte actuellement trois grands cinémas, une station de ski moderne, deux grands stades intérieurs, plusieurs grands magasins et un grand parc d'attractions. Les lieux de restauration, de divertissement et de loisirs sont de plus en plus diversifiés. KFC, Round Table Pizza, Cinnabon, Louis Vuitton, Ramada et Kempinski ont ouvert des succursales dans des endroits stratégiques.

Il est prévu de construire une tour de 309 mètres (1 014 pieds) appelée tour Morin Khuur (tour du violon à tête de cheval) à côté du stade central. Son achèvement est prévu pour 2018.[34][35] et la tour Mak de 41 étages en cours de construction par la Sud-coréenne "Lotte Construction and Engineering".

Les monastères

Le monastère de Choijin Lama, un monastère bouddhiste qui a été achevé en 1908, compte parmi les monastères les plus anciens et remarquables. Il a échappé à la destruction des monastères mongols lors de sa transformation en musée en 1942.[36]

Un autre est le monastère de Gandan, qui date du 19ème siècle. Son attraction la plus célèbre est une statue dorée de Migjid Janraisig, haute de 26,5 mètres.[37] Ces monastères sont parmi les rares en Mongolie à échapper à la destruction massive des monastères mongols sous Khorloogiin Choibalsan.

Palais d'Hiver

Porte de la paix du palais d’hiver (Amgalan Enkhiin Khaalga en mongol, Andimen en chinois), pour lesquels aucun clou n'a été utilisé

Le vieux Ikh Khüree, une fois la ville érigée en capitale permanente, possédait un certain nombre de palais et de résidences nobles dans un quartier appelé Öndgiin sürgiin nutag. Le Jebtsundamba Khutughtu, qui a ensuite été couronné Bogd Khan, possédait quatre résidences impériales principales, situées entre le Moyen-Âge (Dund gol) et les rivières Tuul. Le palais d'été s'appelait Erdmiin dalai buyan chuulgan süm ou Bogd Khaanii Serüün Ord. Les autres palais étaient le palais blanc (Tsagaan süm ou Göngaa Dejidlin), et le palais Pandelin (aussi appelé Naro Kha Chod süm), située sur la rive gauche de la rivière Tuul. Certains des palais ont également été utilisés à des fins religieuses.[38]

Le seul palais qui reste est le palais d'hiver; le palais d'hiver du Bogd Khan (Bogd Khaanii Nogoon Süm ou Bogd khaanii öwliin ordon) reste comme un musée du dernier monarque. Le complexe comprend six temples, de nombreux biens appartenant à Bogd Khan et à son épouse sont exposés dans le bâtiment principal.

Musées

Oulan-Bator possède plusieurs musées consacrés à l'histoire et à la culture mongoles. Le musée d'histoire naturelle présente de nombreux fossiles de dinosaures et météorites trouvés en Mongolie.[39][40]

Le Musée national de Mongolie comprend des expositions de la préhistoire à travers l'empire mongol jusqu'à nos jours.[41][42] Le musée des beaux-arts de Zanabazar possède une vaste collection d'art mongol, comprenant des œuvres du sculpteur / artiste du XVIIe siècle, Zanabazar, ainsi que le plus célèbre tableau de Mongolie, Un jour en Mongolie par Baldugiin "Marzan" Sharav.[43][44]

Le Mongolian Theatre Museum présente l'histoire des arts de la scène en Mongolie. En janvier 2013, l'ancien musée Lénine de la ville avait annoncé son intention de se convertir en un musée présentant des dinosaures et d'autres fossiles préhistoriques.[45]

Parmi les artefacts antérieurs à 1778 qui n'ont jamais quitté la ville depuis sa fondation, il y a la statue de Vajradhara faite par Zanabazar lui-même en 1683 (divinité principale de la ville conservée dans le temple de Vajradhara), un trône orné présenté à Zanabazar par l'empereur Kangxi (avant 1723), un chapeau en bois de santal présenté à Zanabazar par le Dalaï Lama (vers 1663), le grand manteau de fourrure de Zanabazar également présenté par l'empereur Kangxi et un grand nombre de statues originales réalisées par Zanabazar (par exemple, la Tara Verte).

La collection du Musée militaire de la Mongolie se compose de deux salles d'exposition permanentes présentant l'histoire de la guerre du pays depuis la période préhistorique jusqu'à l'ère moderne. Dans la première salle, on peut voir divers outils et armes allant du paléolithique aux temps de l'empire mandchou. La salle d'exposition d'histoire moderne présente l'histoire de l'armée mongole, de la période Bogd Khan (1911-1924) jusqu'à la récente participation militaire de la Mongolie aux opérations de maintien de la paix.

Bien que l'état du bâtiment soit dans un état déplorable, le musée commémoratif des victimes de la persécution politique raconte l'un des événements les plus tragiques du XXe siècle en Mongolie. Il est dédié aux victimes de l’épuration politique qui a coûté la vie à plus de 32 000 hommes d’État, pasteurs, érudits, hommes politiques et lamas.

Le musée de la ville offre une vue sur l'histoire d'Oulan-Bator à travers d'anciennes cartes et de photos. L'élément le plus intéressant est une immense peinture de la capitale telle qu'elle se présentait en 1912, qui montre des sites majeurs tels que le monastère de Gandan et le palais d'hiver du Bogd Khan. Une partie du musée est consacrée à des expositions de photos spéciales qui changent fréquemment. Le Mongolian Railway History Museum est un musée en plein air présentant 6 types de locomotives utilisées au cours d'une période de 65 ans d'histoire des chemins de fer mongols.

Le musée Puzzle Toys présente une collection complète de jouets en bois complexes que les joueurs peuvent assembler.

Place Chinggis (Sükhbaatar)

La place Chinggis, dans le district gouvernemental, est le centre d'Oulan-Bator. La place est 31 068 mètres carrés (334 413 pieds carrés) de taille.[46] Au milieu de la place Sükhbaatar se trouve une statue de Damdin Sükhbaatar à cheval. Le spot a été choisi parce que c'était là que le cheval de Sükhbaatar avait uriné (considéré comme un présage de bon augure) le 8 juillet 1921 lors d'un rassemblement de l'Armée rouge. Sur le côté nord de la place Sükhbaatar se trouve le Parlement mongol, avec une grande statue de Chinggis Khan au sommet des marches du devant. Peace Avenue (Enkh Taivny Urgon Chuloo), artère principale de la ville, longe le côté sud de la place.[47]

Zaisan Memorial

Le Zaisan Memorial, un mémorial dédié aux soldats soviétiques tués au cours de la Seconde Guerre mondiale, est situé sur une colline au sud de la ville. Le mémorial de Zaisan comprend un char soviétique payé par le peuple mongol et un tableau commémoratif circulaire qui, dans le style du réalisme socialiste, décrit des scènes d'amitié entre les peuples de l'Union soviétique et de la Mongolie. Les visiteurs qui font la longue montée vers le sommet sont récompensés par une vue panoramique de toute la ville dans la vallée.

Stade Sportif National

Le stade sportif national est le principal lieu sportif. Le festival de Naadam a lieu ici chaque juillet.

Arts et culture

Ulaanbaatar features a mix of traditional and western style theatres, offering world class performances. Many of the traditional folklore bands play regularly around the world including in New York, London and Tokyo. The Ulaanbaatar Opera House, situated in the center of the city, hosts concerts and musical performances.
as well as opera and ballet performances, some of them are in collaboration with world ballet houses such as Boston Theatre.

Mongolian National Song and Dance Academic Ensemble

The Mongolian State Grand National Orchestra was originally established during Kublai Khan, reestablished in 1945. It has the largest orchestra of traditional instruments in the country with a repertoire going beyond national music, encompassing dozens of international musical pieces.[48]

The Tumen Ekh Ensemble comprises artists who perform all types of Mongolian song, music and dance. They play traditional instruments including the morin khuur (horse head fiddle) and perform Mongolian long song, epic and eulogy songs, a ritualistic shaman ritual dance, an ancient palace dance and a Tsam mask dance.[49]

The Morin Khuur Ensemble of Mongolia is part of the Mongolian State Philharmonic located at the Chinggis Khan Square. It is a popular ensemble featuring the national string instrument Morin Khuur and performs various domestic and international works.

Parks

A number of nationally known parks and protected areas belong officially to the city. Gorkhi-Terelj National Park, a nature preserve with many tourist facilities, is approximately 70 km (43 mi) from Ulaanbaatar. It is accessible via paved road. The 40-metre-high (130-foot) Genghis Khan Equestrian Statue, 54 km (34 mi) from Ulaanbaatar, is the largest equestrian statue in the world.[[[[citation requise]

Bogd Khan mountain is a strictly protected area, with a length of 31 kilometres (19 miles) and width of 3 kilometres (1.9 miles), covering an area of 67,300 hectares (166,302 acres). Nature conservation dates back to the twelfth and thirteenth century when the Toorl Khan of Mongolian Ancient Keraite Aimag – who prohibited logging and hunting activities – claimed the Bogd Khan as a holy mountain.
[50]

National Culture and Recreation Center (Children's Park) is an amusement park located in the downtown section, south of Shangri-La Hotel. It is also a popular place for youngsters to hang out. This small amusement park features rides, games and paddle boats. Its Artificial Lake Castle was built in 1969, when the National Amusement Park was established in the centre of the Mongolian capital Ulaanbaatar.

The National Park of Mongolia opened its doors in the southeastern outskirts of the city in 2009, becoming a popular summer park for the UB goers. It has a total area of 55 hectares with over 100K trees planted. The park is geared towards becoming educational center for healthy responsible living as well as environmental education.

Embassies and consulates

Biking event at Peace avenue. Turkish Embassy in the background

Among the countries that have diplomatic facilities in Ulaanbaatar are Australia, Austria, Bulgaria, Canada, China, Cuba, Czech Republic, Denmark, Finland, France, Germany, Hungary, India, Italy, Japan, Kazakhstan, Laos, Malaysia, Republic of China (Taiwan), Russia, Slovakia, South Korea, Spain, Sweden, Switzerland, Turkey, Ukraine, UK, USA, and Vietnam.[51][52][53]

Religion

Ulaanbaatar's main religion is Buddhism. The city is also the see of the Roman Catholic missionary circonscription for all (Outer) Mongolia. The apostolic see is the Saints Peter and Paul Cathedral, consecrated in 2003 by Cardinal Crescenzio Sepe.

Municipal symbols

2006 Naadam ceremony at the National Sports Stadium

The official symbol of Ulaanbaatar is the garuḍa, a mythical bird in both Buddhist and Hindu scriptures called Khan Garuda or Khangar'd (Mongolian: Хангарьд) by Mongols.

City emblem and flag

le garuḍa appears on Ulaanbaatar's emblem. In its right hand is a key, a symbol of prosperity and openness, and in its left is a lotus flower, a symbol of peace, equality and purity. In its talons it is holding a snake, a symbol of evil of which it is intolerant. Sur le garuḍa's forehead is the soyombo symbol, which is featured on the flag of Mongolia. The city's flag is sky blue with the garuḍa arms in the center.

Éducation

Ulaanbaatar has six major universities:

There are a number of other universities in the city, including Mongolian National University, Humanities University, Institute of Finance and Economics and Raffles International Institute.[54] The National Library of Mongolia has a wide selection of English-language texts on Mongolian subjects.[55]

The American School of Ulaanbaatar and the International School of Ulaanbaatar both offer Western-style K-12 education in English for Mongolian nationals and foreign residents.[56][57]

There are many public elementary, middle and high schools. In Mongolia, 1–4th grade is elementary, 5–8th is middle and 9-11 is high school. Additionally, there are many private schools that offer bilingual programs.

Libraries

National Library

The National Library of Mongolia is located in Ulaanbaatar and includes an extensive historical collection, items in non-Mongolian languages and a special children's collection.[58]

Public libraries

The Metropolitan Central Library of Ulaanbaatar, sometimes also referred to as the Ulaanbaatar Public Library, is a public library with a collection of about 500,000 items. It has an impressive 232,097 annual users and a total of 497,298 loans per year. It does charge users a registration fee of 3800 to 4250 tugrik, or about USD 3.29 to 3.68. The fees may be the result of operating on a budget under $176,000 per year. They also host websites on classical and modern Mongolian literature and food, in addition to providing free Internet access.[58]

In 1986, the Ulaanbaatar government created a centralized system for all public libraries in the city, known as the Metropolitan Library System of Ulaanbaatar (MLSU). This system coordinates management, acquisitions, finances and policy among public libraries in the capital, in addition to providing support to school and children's libraries.[59] Other than the Metropolitan Central Library, the MLSU has four branch libraries. They are in the Chingeltei District (established in 1946), in the Han-Uul District (established in 1948), in the Bayanzurkh District (established in 1968) and in the Songino-Hairkhan District (established in 1991). There is also a Children's Central Library, which was established in 1979.[60]

University libraries

  • Library of Mongolian State University of Education[61]
  • Library of the Academy of Management[62]
  • Library of the National University of Mongolia[63]
  • Institutes of the Academy of Sciences (3 department libraries)[64]
  • Library of the Institute of Language and Literature[65]
  • Library of the Institute of History[66]
  • Library of the Institute of Finance and Economics[67]
  • Library of the National University of Mongolia[68]
  • Library of the Agriculture University

Digital libraries

The International Children's Digital Library (ICDL) is an organization that publishes numerous children's books in different languages on the web in child-friendly formats. In 2006 they began service in Mongolia and have made efforts to provide access to the library in rural areas. The ICDL effort in Mongolia is part of a larger project funded by the World Bank and administered by the Mongolian Ministry of Education, Culture and Science, called the Rural Education And Development Project (READ).[69]

Since Mongolia lacks a publishing industry, and few children's books, the idea has been to "spur the publishing industry to create 200 new children's books for classroom libraries in grades 1–5." After these books were published and distributed to teachers they were also published online with the rest of the ICDL collection. While a significant portion of this project is supported by outside sources, an important component is to include training of Mongolian staff to make it continue in an effective way.[70][71] The project is designed to show Mongolia's youth that they can take part in the larger digital culture.[[[[citation requise]

The Press Institute in Ulaanbaatar oversees the Digital Archive of Mongolian Newspapers. It is a collection of 45 newspaper titles with a particular focus on the years after the fall of communism in Mongolia.[72] The project was supported by the British Library's "Endangered Archives Programme". The Metropolitan Central Library in Ulaanbaatar maintains a digital monthly news archive.[73]

Special libraries

An important resource for academics is the American Center for Mongolian Studies (ACMS),[74] also based in Ulaanbaatar. Its goal is to facilitate research between Mongolia and the rest of the world and to foster academic partnerships. To help achieve this end, it operates a research library with a reading room and computers for Internet access. ACMS has 1,500 volumes related to Mongolia in numerous languages that may be borrowed with a deposit. It also hosts an online library that includes special reference resources and access to digital databases,[75] including a digital book collection.[76][77]

There is a Speaking Library at School #116 for the visually impaired, funded by the Zorig Foundation, and the collection is largely based on materials donated by Mongolian National Radio. "A sizable collection of literature, know-how topics, training materials, music, plays, science broadcasts are now available to the visually impaired at the school."[78]

The Mongolia-Japan Center for Human Resources Development[79] maintains a library in Ulaanbaatar consisting of about 7,800 items. The materials in the collection have a strong focus on both aiding Mongolians studying Japanese and books in Japanese about Mongolia. It includes a number of periodicals, textbooks, dictionaries and audio-visual materials. Access to the collection does require payment of a 500 Tugrug fee, though materials are available for loan. They also provide audio-visual equipment for collection use and internet access for an hourly fee. There is an information retrieval reference service for questions that cannot be answered by their collection.[80]

Les archives

There is a manuscript collection at the Danzan Ravjaa Museum of theological, poetic, medicinal, astrological and theatrical works. It consists of literature written and collected by the monk Danzan Ravjaa, who is famous for his poetry.

The British Library's Endangered Archives Programme funded a project to take digital images of unique literature in the collection; however, it is not clear where the images are stored today.[81]

Transport

Ulaanbaatar is served by the Chinggis Khaan International Airport (formerly Buyant Ukhaa Airport). It is 18 km (11 mi) southwest of the city.[82] The Chinggis Khaan airport is the only airport in Mongolia that offers international flights. In order to serve increased projected passenger numbers, the New Ulaanbaatar International Airport (NUBIA) is being constructed south of the city with plans to replace the Chinggis Khaan airport.[83]

Flights to Ulaanbaatar are available from Moscow, Paris, Frankfurt, Berlin, Tokyo, Seoul, Ulan-Ude, Irkutsk, Hong Kong, Beijing, Bishkek and Istanbul.[84]

There are rail connections to the Trans-Siberian railway via Naushki and to the Chinese railway system via Jining. Ulaanbaatar is connected by road to most of the major towns in Mongolia, but most roads in Mongolia are unpaved and unmarked, and road travel can be difficult. Even within the city, not all roads are paved and some of the ones that are paved are not in good condition.[85]

Existing plans to improve transportation include a subway system, several major road projects such as a 1,000-kilometre-long (620-mile) highway to link Ulaanbaatar to the regions of Altanbulag and Zamyn Uud,[86] plans to upgrade existing regional airports and roadways, and Mongolian Railway projects that will connect cities and mines.[87]

Planned Ulaanbaatar subway The central 6.6 km (4.1 mi) will be underground while remaining sections will be elevated.

The national and municipal governments regulate a system of private transit providers which operate bus lines around the city. There is also an Ulaanbaatar trolleybus system. A secondary transit system of privately owned microbuses (passenger vans) operates alongside these bus lines. Additionally, Ulaanbaatar has over 4000 taxis. The capital has 418.2 km (259.9 mi) of road, of which 76.5 are paved.[88]

Air pollution

Air pollution is a serious problem in Ulaanbaatar, especially in winter. Concentrations of certain types of particulate matter (PM10) regularly exceed WHO recommended maximum levels by more than a dozen times. They also exceed the concentrations measured in northern Chinese industrial cities. During the winter months, smoke regularly obscures vision and can even lead to problems with air traffic at the local airport.[[[[citation requise]

Sources of the pollution are mainly the simple stoves used for heating and cooking in the city's ger districts, but also the local coal-fueled power plants. The problem is compounded by Ulaanbaatar's location in a valley between relatively high mountains, which shield the city from the winter winds and thus obstruct air circulation.[89][90]

Twin towns – sister cities

Ulaanbaatar is twinned with:

  • Corée du Sud Namyangju, South Korea
  • Turkey" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b4/Flag_of_Turkey.svg/23px-Flag_of_Turkey.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b4/Flag_of_Turkey.svg/35px-Flag_of_Turkey.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b4/Flag_of_Turkey.svg/45px-Flag_of_Turkey.svg.png 2x" data-file-width="1200" data-file-height="800"/></span> Ankara, Turkey (2003)<sup id=[91]
  • Corée du Sud Seoul, South Korea (1995)[92][93]
  • Russia" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/23px-Flag_of_Russia.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/35px-Flag_of_Russia.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/45px-Flag_of_Russia.svg.png 2x" data-file-width="900" data-file-height="600"/></span> Krasnoyarsk, Russia<sup id=[94]
  • Russia" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/23px-Flag_of_Russia.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/35px-Flag_of_Russia.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/45px-Flag_of_Russia.svg.png 2x" data-file-width="900" data-file-height="600"/></span> Irkutsk, Russia<sup id=[95]
  • Russia" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/23px-Flag_of_Russia.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/35px-Flag_of_Russia.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/45px-Flag_of_Russia.svg.png 2x" data-file-width="900" data-file-height="600"/></span> Moscow, Russia</li>
<li><span class=Russia" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/23px-Flag_of_Russia.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/35px-Flag_of_Russia.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/45px-Flag_of_Russia.svg.png 2x" data-file-width="900" data-file-height="600"/></span> Saint Petersburg, Russia<sup id=[96]
  • Russia" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/23px-Flag_of_Russia.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/35px-Flag_of_Russia.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/f/f3/Flag_of_Russia.svg/45px-Flag_of_Russia.svg.png 2x" data-file-width="900" data-file-height="600"/></span> Ulan Ude, Russia<sup id=[97]
  • États Unis Denver, Colorado, United States[98]
  • Thailand" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a9/Flag_of_Thailand.svg/23px-Flag_of_Thailand.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a9/Flag_of_Thailand.svg/35px-Flag_of_Thailand.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a9/Flag_of_Thailand.svg/45px-Flag_of_Thailand.svg.png 2x" data-file-width="900" data-file-height="600"/></span> Bangkok, Thaïlande</li>
<li><span class=Japan" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/9e/Flag_of_Japan.svg/23px-Flag_of_Japan.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/9e/Flag_of_Japan.svg/35px-Flag_of_Japan.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/9e/Flag_of_Japan.svg/45px-Flag_of_Japan.svg.png 2x" data-file-width="900" data-file-height="600"/></span> Sapporo, Japan</li>
<li><span class=Japan" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/9e/Flag_of_Japan.svg/23px-Flag_of_Japan.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/9e/Flag_of_Japan.svg/35px-Flag_of_Japan.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/9e/Flag_of_Japan.svg/45px-Flag_of_Japan.svg.png 2x" data-file-width="900" data-file-height="600"/></span> Aomori, Japan</li>
<li><span class=Taïwan Taipei, Republic of China (Taiwan)[99]
  • China" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fa/Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg/23px-Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fa/Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg/35px-Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fa/Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg/45px-Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg.png 2x" data-file-width="900" data-file-height="600"/></span> Hohhot, China</li>
<li><span class=États Unis San Francisco, United States
  • Vietnam" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/21/Flag_of_Vietnam.svg/23px-Flag_of_Vietnam.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/21/Flag_of_Vietnam.svg/35px-Flag_of_Vietnam.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/21/Flag_of_Vietnam.svg/45px-Flag_of_Vietnam.svg.png 2x" data-file-width="900" data-file-height="600"/></span> Hanoi, Vietnam</li>
<li><span class=Japan" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/9e/Flag_of_Japan.svg/23px-Flag_of_Japan.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/9e/Flag_of_Japan.svg/35px-Flag_of_Japan.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/9e/Flag_of_Japan.svg/45px-Flag_of_Japan.svg.png 2x" data-file-width="900" data-file-height="600"/></span> Tokyo, Japon</li>
<li><span class=Australia" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/88/Flag_of_Australia_%28converted%29.svg/23px-Flag_of_Australia_%28converted%29.svg.png" decoding="async" width="23" height="12" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/88/Flag_of_Australia_%28converted%29.svg/35px-Flag_of_Australia_%28converted%29.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/88/Flag_of_Australia_%28converted%29.svg/46px-Flag_of_Australia_%28converted%29.svg.png 2x" data-file-width="1280" data-file-height="640"/></span> Gold Coast, Australia <sup id=[100]
  • India" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/4/41/Flag_of_India.svg/23px-Flag_of_India.svg.png" decoding="async" width="23" height="15" class="thumbborder" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/4/41/Flag_of_India.svg/35px-Flag_of_India.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/4/41/Flag_of_India.svg/45px-Flag_of_India.svg.png 2x" data-file-width="1350" data-file-height="900"/></span> Delhi, Inde<sup id=[101]
  • Royaume-Uni Leeds, United Kingdom
  • Czech Republic Most, Czech Republic
  • Sri Lanka Colombo, Sri Lanka

Proximity to nearby urban centers abroad

Ulaanbaatar has close ties to cities like Seoul (1,995 kilometres or 1,240 miles from UB), Hong Kong (2,900 kilometres or 1,800 miles from UB), Tokyo (3,010 kilometres or 1,870 miles from UB) and Moscow (4,650 kilometres or 2,890 miles from UB). The Zamyn Uud-Erenhot and Altanbulag-Kyakhta borders are the only places where sustained interaction occurs between Mongolia and its neighbors. Other ports are much smaller. For now Ulaanbaatar remains the main, and almost only, point of contact between Mongolia and its neighbors. Beijing remains the closest global city to Ulaanbaatar. The UB-Peking corridor is served by busy air, rail and road links.

Notable individuals

Appearances in fiction

In the novel Alas, Babylon by Pat Frank, the city was a relocation site for the Soviet leadership. In the novel it had a medium-wave station for communications.[102]

Voir également

Références

  1. ^ une b ": Нийслэлийн статистикийн газар – Статистик үзүүлэлт – 01. Хүн амын тоо, хүйсээр, оны эхэнд, мянган хүн". Statis.ub.gov.mn. Archived from the original on 2013-12-02. Récupéré 2014-09-07.
  2. ^ ": Mongolian statistical information service". www.1212.mn. Archived from the original on 2015-09-19. Récupéré 2015-10-20.
  3. ^ une b "Ulaanbaatar Official Web Portal". Ulaanbaatar.mn. Récupéré 24 November 2013.
  4. ^ Wikisource" src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4c/Wikisource-logo.svg/12px-Wikisource-logo.svg.png" decoding="async" width="12" height="13" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4c/Wikisource-logo.svg/18px-Wikisource-logo.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4c/Wikisource-logo.svg/24px-Wikisource-logo.svg.png 2x" data-file-width="410" data-file-height="430"/> <cite class=Chisholm, Hugh, ed. (1911). "Urga" . Encyclopædia Britannica. 27 (11th ed.). Cambridge University Press. p. 795.
  5. ^ Протоколы 1-го Великого Хуралдана Монгольской Народной Республики. Улан-Батор-Хото, 1925.‹See Tfd›(in Russian)
  6. ^ Улаанбаатар, Ulaanbaatar 2001, pg. 9f
  7. ^ une b "Brief history of Ulaanbaatar". Ulaanbaatar.mn. Archived from the original on 3 December 2013. Récupéré 24 November 2013.
  8. ^ Kohn, Michael Lonely Planet Mongolia (4th edition, 2005); ISBN 1-74059-359-6, pg. 52
  9. ^ John Bell, Travels from St. Petersburgh in Russia, to various parts of Asia (Volume 1), 1763, London, pg. 344
  10. ^ Majer, Zsuzsa & Krisztina Teleki, Monasteries and Temples of Bogdiin Khuree, Ikh Khuree or Urga, the Old Capital City of Mongolia in the First Part of the Twentieth Century Archived 27 February 2009 at the Wayback Machine
  11. ^ Lindon Wallace Bates, The Russian Road to China, 1910
  12. ^ une b "From Khutagtiin Khuree to Niislel Khuree, Presentation of the Director of the General Archives Authority D. Ulziibaatar", archives.gov.mn; accessed 26 March 2018.
  13. ^ Othen, Christopher. "Urga, February 1921".
  14. ^ Palmer, James (2009). The Bloody White Baron.
  15. ^ Bisher, Jamie. White Terror: Cossack Warlords Of The Trans-Siberian. p. 276.
  16. ^ Kuzmin, S.L. History of Baron Ungern: an Experience of Reconstruction. Moscow: KMK, 2011, pp. 165-200
  17. ^ Kuzmin, pp. 250-300
  18. ^ Montsame News Agency. Mongolie. 2006; ISBN 99929-0-627-8, pp. 33-34.
  19. ^ Rossabi, Morris Modern Mongolia: From Khans to Commissars to Capitalists, University of California Press (2005), pp. 1-28; ISBN 0-520-24419-2
  20. ^ "Fatal clashes in Mongolia capital". nouvelles de la BBC. 2 July 2008. Récupéré 26 September 2018.
  21. ^ "Streets calm in riot-hit Mongolia". nouvelles de la BBC. 3 July 2008. Récupéré 26 September 2018.
  22. ^ "New Mayor of Ulaanbaatar receives seal". Mongolian News Agency. 7 July 2016. Archived from the original on 2016-11-14. Récupéré 14 November 2016.
  23. ^ Montsame News Agency. Mongolie. 2006, ISBN 99929-0-627-8, pg. 35
  24. ^ "Hardiness Zones – WORLD MAP". Plantsdb.gr. 15 August 1965. Récupéré 25 November 2013.
  25. ^ "Climatological Normals of Ulan Bator". Hong Kong Observatory. Récupéré 14 April 2010.
  26. ^ Matt Rosenberg. "Coldest Capital Cities". About.com Education.
  27. ^ une b
    КЛИМАТ УЛАН-БАТОРА (in Russian). Pogoda.ru.net. Récupéré 4 January 2015.
  28. ^ "Ulaanbaatar Climate Normals 1961–1990". National Oceanic and Atmospheric Administration. Archived from the original on 2017-10-10. Récupéré 4 January 2015.
  29. ^ "Ulaanbaatar". encyclopedia.com. The Columbia Encyclopedia, 6th Edition. Récupéré 13 November 2016.
  30. ^ une b Economic Development in Mongolia. The Asia Foundation. Disponible ici[[[[permanent dead link]; accessed 13 November 2016.
  31. ^ une b Fan, Peilei; Chen, Jiquan; John, Ranjeet (2016-01-01). "Urbanization and environmental change during the economic transition on the Mongolian Plateau: Hohhot and Ulaanbaatar". Environmental Research. The Provision of Ecosystem Services in Response to Global Change. 144, Part B (Pt B): 96–112. doi:10.1016/j.envres.2015.09.020. PMID 26456409.
  32. ^ "Documentation of Mongolian Monasteries" http://mongoliantemples.org/index.php/en/
  33. ^ "Mongolia: Museum Highlights", San Francisco, 2005, pg. 89
  34. ^ ctbuh. "CTBUH Joins Launch of Mongolian Tower". www.ctbuh.org.
  35. ^ [1]
  36. ^ [2] Archived 31 May 2009 at the Wayback Machine
  37. ^ Kohn, pp. 63–4
  38. ^ Majer, Zsuzsa; Teleki, Krisztina. "Monasteries and Temples of Bogdiin Khьree, Ikh Khьree or Urga, the Old Capital City of Mongolia in the First Part of the Twentieth Century" (PDF). Budapest: Documentation of Mongolian Monasteries. p. 36. Archived from the original (PDF) on 27 February 2009. Récupéré 30 January 2009.
  39. ^ [3] Archived 27 March 2009 at the Wayback Machine
  40. ^ Kohn, pg. 60
  41. ^ Kohn, pp. 61, 66
  42. ^ "National Museum". Nationalmuseum.mn. 21 March 2012. Récupéré 18 avril 2012.
  43. ^ Kohn, pg. 61
  44. ^ "Zanazabar Museum of Fine Arts". Zanabazarmuseum.org. Récupéré 2012-04-18.
  45. ^ Branigan, Tania. "It's goodbye Lenin, hello dinosaur as fossils head to Mongolia museum". Le gardien. Récupéré 27 January 2013.
  46. ^ Montsame News Agency. Mongolie, 2006; ISBN 99929-0-627-8, pg. 34
  47. ^ Kohn, pg. 52
  48. ^ "Official Website". Archived from the original on 22 December 2015.
  49. ^ "Official Website".
  50. ^ "Biosphere Reserve Information: BOGD KHAN UUL".
  51. ^ Kohn, Michael. Lonely Planet Mongolia (2008, fifth edition); ISBN 978-1-74104-578-9, pg. 255
  52. ^ "GoAbroad.com". Embassiesabroad.com. Archived from the original on 2009-08-31. Récupéré 18 avril 2012.
  53. ^ "E Mongol List of Embassies located in Mongolia". E-mongol.com. Récupéré 24 November 2013.
  54. ^ "Raffles International Institute (the only international degree provider in Mongolia, offering courses accredited by colleges in Australia and Singapore". Raffles.mn. Récupéré 24 November 2013.
  55. ^ Kohn, pp. 54–55
  56. ^ [4] Archived 7 March 2009 at the Wayback Machine
  57. ^ "International School of Ulaanbaatar". Isumongolia.edu.mn. Archived from the original on 2 December 2013. Récupéré 18 avril 2012.
  58. ^ une b "Metropolitan Central Library of Ulaanbaatar". Nla.gov.au. 1 March 2004. Récupéré 18 avril 2012.
  59. ^ [5] Archived 29 March 2008 at the Wayback Machine
  60. ^ [6] Archived 23 February 2006 at the Wayback Machine
  61. ^ "Library of Mongolian State University of Education".
  62. ^ "lib.mn". www.aom.lib.mn. Archived from the original on 2004-10-14. Récupéré 2018-12-14.
  63. ^ "Монгол Улсын Их Сургууль". www.num.edu.mn.
  64. ^ Institutes of the Academy of Sciences (3 department libraries) Archived 2010-11-29 at the Wayback Machine
  65. ^ "Шинжлэх ухааны академи".
  66. ^ "Шинжлэх ухааны академи".
  67. ^ "Library of the Institute of Finance and Economics". Archived from the original on 2011-08-29. Récupéré 2011-08-22.
  68. ^ "Номын сан". library.num.edu.mn.
  69. ^ ""Rural Education and Development (READ) Project (formerly Rural Education Support Project)" World Bank". Web.worldbank.org. Récupéré 18 avril 2012.
  70. ^ "No Hotel, Tent: The International Children's Digital Library Goes to Mongolia". Childrenslibrary.org. Récupéré 26 March 2018.
  71. ^ "No Road, Drive: The ICDL Goes to the Mongolian Countryside". Récupéré 28 February 2016.
  72. ^ "Digital Librarian Lends Expertise to Mongolian Project". Uwm.edu. Archived from the original on 6 August 2012. Récupéré 18 avril 2012.
  73. ^ [7] Archived 16 April 2008 at the Wayback Machine
  74. ^ "American Center of Mongolian Studies – ACMS". mongoliacenter.org.
  75. ^ "American Center of Mongolian Studies – Library". www.mongoliacenter.org.
  76. ^ "Archived copy". Archived from the original on 4 March 2010. Récupéré 22 August 2011.CS1 maint: Archived copy as title (link)
  77. ^ "American Center for Mongolian Studies Library Homepage. American Center for Mongolian Studies, Ulaanbataar". Mongoliacenter.org. 7 May 2008. Récupéré 18 avril 2012.
  78. ^ "Speaking Library at School No. 116". Ubpost.mongolnews.mn. 8 November 2007. Récupéré 18 avril 2012.
  79. ^ Mongolia-Japan Center for Human Resources Development Archived 2010-03-18 at the Wayback Machine
  80. ^ [8] Archived 22 March 2010 at the Wayback Machine
  81. ^ [9] Archived 5 August 2011 at the Wayback Machine
  82. ^ Kohn, p. 88
  83. ^ "New Ulaanbaatar International Airport". Airport Technology. Récupéré 14 November 2016.
  84. ^ "MIAT Route Map". Miat.com. Archived from the original on 8 April 2012. Récupéré 18 avril 2012.
  85. ^ "Transport in Mongolia". Web.worldbank.org. 20 July 2006. Récupéré 18 avril 2012.
  86. ^ "Roads Week on WCN: Some of the key global road projects – World Construction Network". www.worldconstructionnetwork.com. Récupéré 14 November 2016.
  87. ^ (http://www.hydrant.co.uk), Site designed and built by Hydrant (19 May 2015). "Major rail projects in Mongolia showing significant progress". Oxford Business Group. Récupéré 14 November 2016.
  88. ^ Montsame News Agency. Mongolie. 2006, Foreign Service Office of Montsame News Agency; ISBN 99929-0-627-8, pp. 36, 90.
  89. ^ Hasenkopf, Christa. "Clearing the Air". World Policy Journal (Spring 2012). Récupéré 31 May 2012.
  90. ^ The World Bank (December 2009). "Mongolia: Air Pollution in Ulaanbaatar – Initial Assessment of Current Situation and Effects of Abatement Measures" (PDF). Sustainable Development Series: Discussion Paper. Washington, D.C.: The World Bank. Récupéré 12 May 2011.
  91. ^ "Sister Cities of Ankara". www.ankara.bel.tr.
  92. ^ "International Cooperation: Sister Cities". Seoul Metropolitan Government. Seoul.go.kr. Archived from the original on 10 December 2007. Récupéré 26 January 2008.
  93. ^ "Seoul – Sister Cities[via WayBackMachine]". Seoul Metropolitan Government. Archived from the original on 25 March 2012. Récupéré 23 August 2013.
  94. ^ "Внешние связи – Контакты с иностранными городами – Официальный сайт администрации города Красноярска". Admkrsk.ru. Récupéré 25 November 2013.
  95. ^ [10] Archived 26 December 2008 at the Wayback Machine
  96. ^ "Chairman of the Committee for External Relations of St Petersburg". Translate.google.com. Récupéré 18 avril 2012.
  97. ^ [11] Archived May 11, 2015, at the Wayback Machine
  98. ^ [12] Archived 8 December 2008 at the Wayback Machine
  99. ^ "Taipei – International Sister Cities". Taipei City Council. Archived from the original on 2 November 2012. Récupéré 23 August 2013.
  100. ^ "Gold Coast Business News – Sister Cities & International Partnerships". businessgc.com.au. Archived from the original on 2011-07-06. Récupéré 18 avril 2012.
  101. ^ "Delhi to London, it's a sister act". The Times Of India. 7 July 2002.
  102. ^ Frank, Pat (1959). Alas, Babylon. New York: Perennial 2005 (Lippincott 1959). ISBN 978-0-06-074187-7.

Liens externes